•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec ramène à 10 jours l'isolement des cas confirmés

Une infirmière met dans une éprouvette un échantillon prélevé sur un étudiant.

Les personnes ayant contracté la COVID-19 pourront reprendre leurs activités plus rapidement qu'auparavant après avoir vaincu le virus.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

Québec revoit à la baisse, de 14 à 10 jours, la période pendant laquelle doivent s’isoler les personnes qui ont reçu un diagnostic positif de la COVID-19.

Cette nouvelle directive a été annoncée vendredi matin par le ministère de la Santé et des Services sociaux, à la lumière du développement des connaissances sur la transmission et la durée de contagiosité de la maladie.

Ainsi, il est maintenant possible pour une personne atteinte de la COVID-19 de briser son isolement à domicile 10 jours après l’apparition des premiers symptômes ou encore 10 jours après la date du diagnostic pour les cas asymptomatiques.

Auparavant, la durée de l’isolement était fixée à 14 jours pour les cas confirmés par résultat positif ou par lien épidémiologique – une période inutilement longue, juge aujourd'hui le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Si on pense qu'à 10 jours, il n'y a plus de danger pour les autres, on ne va pas quand même laisser les gens [...] quatre jours de plus à la maison quand ce n'est pas nécessaire, a-t-il expliqué lors d'une tournée virtuelle en Abitibi-Témiscamingue, vendredi après-midi.

On ne veut pas enfermer les gens chez eux si ce n'est pas nécessaire.

Horacio Arruda, directeur national de santé publique

Le Dr Arruda a dit avoir pris cette décision en fonction de la science, tout simplement, les recherches sur le sujet ayant montré qu'un délai de 10 jours était suffisant pour empêcher la contagion. D'ailleurs, le délai de 10 jours est déjà en vigueur dans plusieurs autres pays et provinces canadiennes, a-t-il souligné.

Les personnes ayant contracté la COVID-19 qui souhaiteraient sortir de leur isolement doivent toutefois rester vigilantes par rapport à leurs symptômes.

Ceux-ci doivent avoir disparu depuis au moins 24 heures, sauf pour la toux et la perte de l'odorat, qui peuvent se prolonger au-delà de la période de contagiosité. La fièvre doit être également tombée depuis au moins 48 heures.

Des exceptions

Le Dr Arruda précise par ailleurs que la nouvelle directive ne s'applique qu'aux personnes ayant contracté la COVID-19.

Ainsi, les Québécois revenant de voyage et les contacts de cas positifs devront continuer de respecter une quarantaine de deux semaines complètes, a-t-il souligné vendredi, car il s’agit de la période pendant laquelle peuvent apparaître les symptômes de la maladie.

Il y a une différence entre avoir [subi] la maladie, avec des symptômes ou un test positif, versus quelqu'un qui revient de voyage ou qui a été en contact avec un cas, a-t-il répété.

La révision de la durée d’isolement ne s’applique pas non plus aux personnes immunosupprimées qui ont été hospitalisées aux soins intensifs. Celles-ci doivent toujours s'isoler pendant une période de 21 jours ou plus.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !