•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtres à Kenosha : l'adolescent fait face à 6 chefs d'accusation

Une voiture de police de Kenosha entourée de gens.

La police de Kenosha a dû répondre à des questions sur ses interactions avec le tireur dans la nuit de mardi à mercredi.

Photo : Reuters / BRENDAN MCDERMID

Radio-Canada

Un adolescent de 17 ans fait face à six chefs d'accusation liés au meurtre de deux personnes qui manifestaient, mardi, dans les rues de Kenosha, au Wisconsin. Elles réclamaient que justice soit faite pour Jacob Blake, un homme noir grièvement blessé par un policier blanc.

L'adolescent arrêté est accusé d'homicide volontaire au premier degré, d'une tentative d'homicide volontaire au premier degré ainsi que de deux mises en danger de la vie d'autrui.

Ces chefs d'accusation concernent des tirs dirigés sur trois personnes, dont deux sont décédées, à Kenosha, mardi soir, lors d'une manifestation visant à dénoncer les gestes d’un policier blanc qui a grièvement blessé un homme noir dans cette ville du Wisconsin.

L'adolescent est passible d'une peine d’emprisonnement à perpétuité s'il est reconnu coupable d'homicide volontaire au premier degré, soit le crime le plus grave au Wisconsin.

Selon un registre judiciaire de l'Illinois, il a été arrêté mercredi à Antioch, une ville de cet État située à environ 30 minutes de route de Kenosha, au Wisconsin.

Une audience est prévue vendredi concernant une demande d'extradition des autorités de Kenosha, ville de 100 000 habitants située au sud de Milwaukee, au bord du lac Michigan.

Une plainte détaille notamment comment le tireur a utilisé un fusil d'assaut pour cibler et tuer Joseph Rosenbaum, 36 ans, et Anthony Huber, 26 ans, mais aussi blesser Gaige Grosskreutz, 26 ans, peu avant minuit le long de Sheridan Road, où les manifestants s'étaient rendus après avoir été expulsés du Civic Center Park lors d'affrontements avec les forces de l'ordre.

La police de Kenosha a également dû répondre à des questions sur ses interactions avec le tireur dans la nuit de mardi à mercredi.

Selon les témoignages et des images vidéo, la police aurait laissé le tireur passer devant elle et quitter les lieux avec un fusil sur l'épaule et les mains en l'air, alors que des manifestants dans la foule criaient pour qu'il soit arrêté parce qu'il avait tiré sur des gens.

Avec les informations de Associated Press, Agence France-Presse, et Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.