•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise à jour économique : le gouvernement Kenney accusé de manquer de vision

La province envisage des compressions budgétaires, mais n'a pas annoncé de stratégie pour générer des revenus.

L'Assemblée législative de l'Alberta vue de l'extérieur en été.

La pandémie a largement réduit les revenus du gouvernement provincial.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement albertain fait face à de nombreuses critiques à la suite de la présentation de sa mise à jour économique, qui prévoit un déficit trois fois supérieur à celui annoncé en février.

Le déficit anticipé pour 2020 se situe à plus de 24 milliards de dollars. C'est le résultat, notamment, d'un dur coup subi par le secteur pétrolier en raison de la pandémie et de la guerre des prix entre la Russie et l'Arabie saoudite.

Malgré la chute des revenus tirés de cette industrie, l'Alberta rejette l'idée d'adopter une taxe de vente ou d'augmenter les impôts pour regarnir ses coffres.

Cette position suscite beaucoup d'interrogations quant au plan de la province pour combler le trou financier, souligne l'économiste de l'Université de Calgary Trevor Tombe.

Il faut voir où aller à partir d'ici, comment surmonter ce défi fiscal et quoi faire pour attirer des recettes, ce qui ne fait pas partie de la discussion jusqu'à présent.

Trevor Tombe, professeur associé en économie à l'Université de Calgary
Le professeur d'économie Trevor Tombe devant un mur de livres.

Le gouvernement n'a pas présenté de solutions à long terme, dit l'économiste Trevor Tombe.

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Boissonneault

Les taux d'emprunt de l'Alberta étant bas, ajoute le professeur associé, il serait donc raisonnable d'emprunter dans un contexte de crise. Une telle solution ne réglerait toutefois pas les problèmes à long terme.

Sans donner de détails, le ministre des Finances de l'Alberta, Travis Toews, indiquait jeudi que, pour se remettre en selle, la province miserait sur une diminution des dépenses dans les services publics.

Un manque de vision, d'après le NPD

Alors que l'Alberta demande l'aide d'Ottawa pour améliorer sa situation financière, l'opposition néo-démocrate estime que c'est plutôt au tour du gouvernement provincial d'agir.

La population albertaine accepterait peut-être ce déficit record si elle recevait quelque chose en retour , a lancé la porte-parole de l'opposition en matière de finances, Shannon Phillips.

Shannon Phillips debout derrière un micro.

Shannon Phillips est la porte-parole de l'opposition en matière de finances.

Photo : Radio-Canada

Elle critique l'incapacité du gouvernement à se renouveler pour aider la population.

Ce que nous avons appris aujourd'hui, à part quelques vagues platitudes, c'est qu'il n'y a aucun plan pour l'emploi [...] ni pour protéger les petites entreprises.

Shannon Phillips

L'opposition officielle dénonce également une réduction de l'impôt sur les sociétés, qui passe de 10 % à 8 %.

Une situation critique

Les données publiées dans la dernière mise à jour économique sont du jamais vu, affirme l'économiste en chef de l'établissement financier Alberta Central, Charles St-Arnaud.

L'Alberta se trouve dans une situation assez critique dit-il, en rappelant le double choc de la COVID-19 et de la chute des prix du baril sur la province.

Le problème, c'est : est-ce qu'on peut trouver une industrie qui va créer autant de revenus et de richesse par employé ou [par habitant] demande l'économiste.

À son avis, malgré les défis d'une diversification de l'économie, le gouvernement albertain devrait tout de même penser à d'autres stratégies plutôt que de miser sur des compressions budgétaires.

Étant donné la taille du déficit actuel, je ne crois pas qu'on va pouvoir seulement se fier à des stratégies de ce genre-là.

Charles St-Arnaud, économiste

Le retour à l'équilibre budgétaire, initialement prévu pour 2022, est reporté à une date toujours inconnue.

Avec des informations de Mirna Djukic, Tiphanie Roquette et Mathieu Gohier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !