•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue exporte son expertise sur la Côte-Nord

Sylvain Blais parle lors d'un point de presse, des personnes sur Zoom projetées sur un écran.

Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue et le Cégep de Baie-Comeau ont présenté, à distance, leur collaboration dans la création d'un programme de Techniques policières adaptées aux réalités autochtones.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Grâce à un partenariat entre le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue et le Cégep de Baie-Comeau, une formation en techniques policières adaptée aux réalités des communautés autochtones verra le jour l’automne prochain sur la Côte-Nord.

C’est ce qu’ont annoncé conjointement les deux institutions d’enseignement collégial lors d’une conférence de presse conjointe jeudi matin.

Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue offre déjà le programme de Techniques policières ainsi que l’Attestation d’Études collégiales (AEC) en Techniques policières des Premières Nations. Le nouveau programme offert au Cégep de Baie-Comeau pourra voir le jour grâce aux connaissances et à l’expertise développées en Abitibi-Témiscamingue dans ces domaines.

Ainsi, trois cohortes de 20 étudiants chacune seront formées pour la première année de ce nouveau programme.

Le directeur général du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Sylvain Blais, est d’avis que ce partenariat aura des retombées positives pour la région.

La première retombée, c’est la reconnaissance de notre compétence dans le domaine de la technique policière, mais aussi en relation avec nos populations autochtones. Le plan stratégique du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, depuis 2002, souhaite soutenir le développement des compétences des populations autochtones, bien sûr sur notre territoire, mais aussi partout au Québec.

Selon M. Blais, ce partenariat était naturel, en raison de la présence de communautés autochtones dans les deux régions, mais également par les similitudes des territoires que devront desservir les futurs policiers.

Une tente est érigée devant le campus de Rouyn-Noranda du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue.

Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue est en mode rentrée.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Les deux Cégeps ont approché le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur après la publication des recommandations de la Commission Viens et du rapport sur l’enquête nationale sur les femmes et filles autochtones disparues et assassinées. Isabelle Coursol, enseignante en Techniques policières ainsi qu’à l’AEC destinée aux Premières Nations, estime que ce programme d’études permet aux étudiants d’être bien préparés afin de faire face à certaines situations difficiles sur le terrain.

J’ai eu le bonheur de revoir deux de mes étudiants qui sont revenus faire un tour il n’y a pas si longtemps ici au Cégep. Ils sont heureux, ils sont bien, ils se disent bien outillés pour intervenir sur le terrain. J’ai même une étudiante qui m’a fait un témoignage pour me dire qu’elle a sauvé la vie d’un citoyen dans sa communauté grâce aux interventions, aux pratiques et aux simulations que nous avons faites ici.

La nouvelle formation adaptée sera d’abord offerte uniquement au Cégep de Baie-Comeau. En fonction des résultats obtenus, le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue pourrait ensuite adapter sa propre formation en conséquence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !