•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du jazz dans la rue à Montréal cette fin de semaine

On voit les quatre musiciens souffler dans leurs instruments.

Urban Science Brass Band en action dans un studio de Radio-Canada

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Radio-Canada

Le Festival international de jazz de Montréal s’est mis, comme tous les autres, en mode numérique en 2020, mais l’assouplissement des mesures sanitaires pour les événements extérieurs lui permet d’organiser quatre concerts extérieurs du 27 au 30 août.

La fanfare Urban Science Brass Band offrira ces concerts à différents endroits de Montréal. Le tout sera organisé avec les précautions d’usage ordonnées par la santé publique. On va enfin remettre de la musique dans la rue, et l'on espère que ça fera un bien immense à tous les gens qui vont pouvoir assister à ces prestations. C’est tellement plus que ce qu’on pouvait imaginer il y a trois mois, s’exclame Laurent Saulnier, directeur de la programmation du Festival de jazz, en entrevue avec Catherine Richer, chroniqueuse culturelle de l’émission Le 15-18.

Cependant, l’horaire et le lieu des concerts ne seront pas dévoilés. C’est l’une des conditions requises pour pouvoir organiser de tels événements. On n’a pas le droit de le dire de façon précise, car on veut éviter les grands attroupements, mais on laissera passer quelques indices pour permettre de trouver facilement la fanfare dans la ville, précise Laurent Saulnier.

Il ajoute qu’il est impossible d’offrir de tels spectacles partout à Montréal, mais que ces quatre prestations permettront de joindre suffisamment de personnes. Des endroits stratégiques ont été choisis, et l'on espère qu’assez de gens pourront en profiter, ajoute-t-il.

Le Festival international de jazz pense ainsi combler un déficit culturel qui sévit depuis le 13 mars dernier. Et il faut dire que c’est quand même pour d’excellentes raisons. Mais c’est aussi un grand déficit social. La culture et la musique jouent un très grand rôle pour rassembler les gens. C’est sûr qu’on est encore loin de se retrouver à 2000 personnes en train de danser et chanter, mais on cherche des idées, et on les trouve pour que la musique occupe le terrain de la sociabilité, explique Laurent Saulnier.

Il ajoute que d’autres événements ponctuels pourraient être annoncés.

On a besoin de bonnes nouvelles, car le milieu de la culture en général a été l’un de ceux qui ont le plus souffert. Il faut s’en rendre compte et il faut aussi se dire que la culture pourrait être considérée comme un service essentiel pour la santé mentale de notre société.

Laurent Saulnier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !