•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le télétravail serait moins productif pour 24 % des entreprises

Une femme en télétravail est excédée par la présence de sa fille dans son espace de travail.

Pour de nombreux parents, le travail à la maison est loin d'être évident.

Photo : iStock

Érik Chouinard

Le télétravail est associé à une baisse de productivité dans 24 % des entreprises privées de la région, selon un vaste sondage commandé par la Chambre de commerce de Québec.

À l'inverse, 10 % des gestionnaires sondés ont l’impression que leurs employés sont plus productifs à la maison. Puis 62 % d’entre eux trouvent que la productivité de l'entreprise est demeurée somme toute similaire.

Le sondage ne détaille pas les raisons qui mènent à cette variabilité. Il y a encore de l'incompréhension par rapport au télétravail [de la part des employeurs] et il y a une perception qui se fait à travers de ça. Il y a des gens qui sont bien installés, d'autres qui le sont moins, sur le coin de leur table de cuisine, et ainsi de suite, nuance Steeve Lavoie, président et chef de la direction de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec.

La plupart des employeurs sondés, soit 82 %, ont tout de même modifié positivement leur perception du télétravail. Environ 61 % de ceux-ci comptent dorénavant encourager la pratique chez leurs employés.

Les gestionnaires ont l’impression que 71 % de leurs employés apprécient au moins autant le télétravail que le travail sur les lieux de l’entreprise.

Pratique courante, mais éphémère

Le sondage révèle aussi que le télétravail est devenu une pratique courante au début de la pandémie, alors que 57 % des employés des entreprises sondées travaillaient de la maison à temps plein.

Cette proportion s’est toutefois effritée avec le temps. Elle a baissé à 32 % en juillet, et en décembre elle pourrait être de 17 %. Évidemment on a demandé aux gestionnaires de se prononcer en supposant qu’il n’y aura pas de reconfinement et de deuxième vague, précise Cyntia Darisse, la vice-présidente du bureau de Léger à Québec.

Il faut souligner que, selon Statistique Canada, il y a à peu près 30 % des entreprises qui peuvent se permettre d'avoir des employés à la maison, alors le 57 % était peut-être un peu trop élevé, indique Steeve Lavoie.

Le président croit que les entreprises sont encore dans une période d’adaptation suite au choc causé par la pandémie et le confinement. On a vécu en quelques mois probablement 10 ans de changement au niveau du télétravail, alors il est trop tôt pour se prononcer sur ce que sera le télétravail en 2021-2022 à Québec, affirme-t-il.

Peu de soutien psychologique

Les entreprises font des efforts pour pouvoir recommencer à accueillir leurs employés sur les lieux de travail.

Parmi les mesures prises pour inciter le retour, 91 % ont procédé à une distribution de matériel sanitaire, comme des masques et des gels désinfectants et 81 % ont installé de la signalisation pour faire respecter la distanciation sociale.

Par contre, seulement 50 % des entreprises ont prévu mettre à disposition de l’aide ou du soutien psychologique. Il est primordial dans un contexte économique aussi difficile de prendre soin de sa santé mentale et de celle de ses employés. Il ne faut pas négliger ce volet qui est également essentiel à la survie d'une entreprise, soutien Steeve Lavoie.

Le sondage a été mené par la firme Léger dans la grande région de Québec auprès de 421 gestionnaires et dirigeants d’entreprises qui comptent au moins 10 employés. Il ne se penche que sur la situation du télétravail à temps plein.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !