•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une jambe cassée, mais aucun regret d’avoir pris à partie des prédicateurs antigais

J.D. Burke et Justin Morissette posent pour la caméra alors que M. Morissette est allongé sur un lit d'hôpital.

J.D. Burke, à gauche, et son colocataire, Justin Morissette, après que ce dernier a subi des traitements pour sa jambe fracturée.

Photo : Gracieuseté de Justin Morissette

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Samedi dernier, Justin Morissette a pris à partie des prédicateurs qui diffusaient un message antigais dans le centre-ville de Vancouver. Il a eu une jambe cassée dans l'affrontement qui a suivi, mais il affirme qu’il recommencerait.

L’homme de 33 ans se préparait pour un rendez-vous galant quand il a décidé qu’il n’en pouvait plus des démonstrations bruyantes sur le trottoir. Deux prédicateurs diffusaient des messages antigais dans le village Davie, l'enclave historique de la communauté gaie de Vancouver.

M. Morissette, qui travaille pour la station de radio locale Sportsnet 650, a pris à partie les prédicateurs et s'est retrouvé avec une jambe cassée. Malgré la douleur, il a déclaré depuis son lit d'hôpital qu'il recommencerait.

La police a été appelée dans le secteur avoisinant les rues Davie et Thurlow, dans le quartier West End, vers 20 h, samedi. La police et des témoins ont confirmé les détails de l'affrontement.

Selon des témoins, les prédicateurs étaient devenus un élément courant du paysage depuis des semaines, et la Ville et la police ont peu réagi.

M. Morissette affirme qu'il a d'abord crié qu'il ne payait pas 1400 $ par mois pour écouter ces ordures dans son quartier. Je ne voulais pas que ce discours de haine soit la bande sonore de notre soirée, dit-il.

Un affrontement qui tourne mal

D'abord, M. Morissette a crié et lancé des injures. Puis, il a essayé de baisser le son du système audio des prédicateurs et d’arracher leur microphone.

C'est à ce moment-là qu'un homme lui a sauté sur le dos et qu’un autre lui a fait une prise de lutte par l’arrière. Puis, dit M. Morissette, le deuxième homme a mis une jambe derrière la sienne et a tiré jusqu'à ce que les os de sa jambe gauche se brisent.

Justin Morissette a deux os de la jambe fracturés et un genou luxé. Une série de broches a été insérée dans sa jambe pour la stabiliser avec une tige métallique externe. Il aura besoin d'une intervention chirurgicale dans environ une semaine, après la diminution de l'enflure. D'après lui, son rétablissement complet pourrait prendre des années et il pourrait avoir besoin d'une plaque de métal dans la jambe.

Les deux autres agresseurs ont été arrêtés sur les lieux. L'un d'eux a accusé Justin Morissette de les avoir attaqués et qualifié leurs gestes de défensifs.

Dans une vidéo YouTube, Dorre Love dit qu'il était l'un des prédicateurs. L'identité de l'autre homme n'a pas été rendue publique.

J'ai été agressé, raconte Love dans la vidéo. Un homme a pris mon micro de mes mains et a essayé de partir avec.

Justin Morissette admet avoir pris le micro, mais affirme qu’il n’a attaqué personne.

Un déferlement de soutiens

M. Morissette dit qu'il se sentait obligé d'agir, à cause de la chaleur qu'il ressentait de la part de sa communauté et de ses inquiétudes concernant la hausse des crimes haineux qu'il a constatés pendant la pandémie.

Il admet qu'il regrette son intervention par moments lorsqu'il ressent une douleur intense. Mais l'afflux de soutiens du public, dont une campagne GoFundMe, contribue à effacer une partie de ses doutes.

À un moment durant son traitement, une infirmière lui a mis la main sur le bras et dit : "Merci de vous tenir debout pour nous."

À un moment où j'avais une douleur intense, entendre quelque chose comme ça, ça m'a ému aux larmes, dit M. Morissette.

En ce qui concerne le rendez-vous, il espère que la femme qu’il devait rencontrer lui donnera une autre chance après cet imprévu. 

Selon le sergent Aaron Roed, la police a transmis un dossier d'accusation à la Couronne pour approbation. S'il est approuvé, les deux prédicateurs feront face à des accusations de voies de fait graves et de méfait.

Ils ont été libérés à la condition qu'ils n’entrent pas en contact entre eux ni avec M. Morissette. Ils doivent aussi rester en dehors d'une zone du West End située entre la rue Comox au nord, la rue Burrard à l'est, la rue Denman à l'ouest et l’avenue Beach au sud, y compris les plages English Bay et Sunset.

La police affirme que les enquêteurs sur les crimes haineux examineront également les événements.

Avec les informations de Yvette Brend

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !