•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici un microrobot chirurgical inspiré de l’origami

Un robot miniature doté d'une aiguille à son extrémité.

Dans un test de traçage, le mini-RCM contrôlé à distance s'est avéré 68 % plus précis que la simple main humaine.

Photo : Institut Wyss

Radio-Canada

Sony et l’Université Harvard ont conçu un robot chirurgical aussi léger qu’une pièce de monnaie, plus stable que la main d’un ou d'une médecin et dont la fabrication rappelle l’origami. Son nom : le mini-RCM.

Créé par Robert Wood, un chercheur à l’Institut Wyss, et Hiroyuki Suzuki, ingénieur pour Sony, le mini-RCM est de la taille d’une balle de tennis.

Comme le rapportait récemment la revue scientifique Nature, le microrobot a réussi une simulation de canulation veineuse, une opération particulièrement difficile où les spécialistes doivent percer une minuscule veine derrière le globe oculaire pour y injecter des produits thérapeutiques.

Il y a déjà quelque temps que les robots ont investi les salles d’opération pour assister les chirurgiens et chirurgiennes et qu'ils permettent à ces spécialistes de manipuler plusieurs outils en même temps, avec une plus grande précision, plus de flexibilité et plus de contrôle.

Toutefois, ces systèmes robotisés prennent souvent énormément de place, occupant parfois une pièce entière, comme le souligne un article de l’Institut Wyss. En général, leurs outils sont bien plus gros que les tissus et les structures sur lesquels ils opèrent, d’où l’intérêt du mini-RCM.

Un processus de fabrication inspiré de l’origami

Pour créer leur robot miniature, Hiroyuki Suzuki et Robert Wood ont utilisé une technique de fabrication qui rappelle l’origami, en superposant des matériaux les uns sur les autres en couches successives qui sont collées ensemble, puis découpées au laser dans un motif spécifique qui permet à la forme 3D souhaitée d’émerger, un peu comme dans les livres animés pour enfants.

Cette technique simplifierait grandement la production de masse de petites structures complexes qui devraient autrement être faites laborieusement à la main.

Une pointe d'aiguille perce un tube miniature de silicone.

Avec l'aiguille attachée à son extrémité, le mini-RCM a réussi à percer un tube de silicone deux fois plus épais qu'un cheveu, utilisé comme réplique d'une veine rétinienne.

Photo : Institut Wyss

Plus stable que la main d’un spécialiste

Pour leur phase de test, Hiroyuki Suzuki et Robert Wood ont voulu recréer les conditions d’une chirurgie télécommandée, en connectant le mini-RCM à un dispositif qui manipule le robot en reproduisant les mouvements de main de la personne qui le contrôle.

Ils ont ensuite demandé à un volontaire de dessiner, à l’aide d’un microscope, un carré aussi gros que la pointe d’un stylo à bille (moins d’un millimètre), d’abord en manipulant le crayon directement et ensuite en contrôlant le mini-RCM à distance.

Le résultat s’est avéré frappant : le mini-RCM a amélioré la précision de la simple main humaine par 68 %.

Une main tient une manivelle qui dicte les mouvements d'un petit robot. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les spécialistes peuvent contrôler à distance le mini-RCM en utilisant un appareil qui réplique les mouvements de la main.

Photo : Institut Wyss

Les deux hommes ont ensuite tenté de reproduire une canulation veineuse, procédure au cours de laquelle un chirurgien ou une chirurgienne insère une aiguille dans l’œil de quelqu’un pour injecter des produits thérapeutiques dans une veine miniature située derrière le globe oculaire.

Avec une aiguille attachée à son extrémité, le microrobot a réussi à percer, sans causer de dommages, un tube de silicone simulant une veine rétinienne, qui est environ deux fois plus épaisse qu’un cheveu.

Les deux hommes derrière le robot croient que le mini-RCM serait bien plus facile à installer que les autres robots et pourrait facilement être retiré en cas de complications. Toutefois, le robot est encore en développement et ne devrait pas être commercialisé de sitôt.

Avec les informations de Engadget

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !