•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le logo d'un café de Baie-Saint-Paul associé à un symbole pédophile

Le Café des artistes est la cible de plusieurs détracteurs en raison de son nouveau logo.

Le Café des artistes est la cible de plusieurs détracteurs en raison de son nouveau logo

Photo : Google map

Les nouveaux propriétaires du Café des artistes, à Baie-Saint-Paul, se retrouvent bien malgré eux dans une controverse entourant leur nouveau logo. Des internautes associent en effet ce dernier à un symbole pédophile.

Des centaines de messages de détracteurs publiés sur la page Facebook de l’entreprise affirment que le logo est très semblable à un autre symbole, celui-là utilisé par des pédophiles afin d’afficher leur attirance sexuelle.

Le copropriétaire du Café des artistes, Rodolphe Kerbouriou, ne s’attendait pas à ce que le logo de son entreprise crée une telle polémique.

Le logo du Café des artistes

Le logo du Café des artistes

Photo : Source : page Facebook du Café des artistes

Je trouve ça très décevant. On essaie de passer un été avec la pandémie, qui nous oblige déjà à vivre des moments pas faciles... On n’a pas de personnel pour travailler, je suis obligé de fermer deux jours par semaine en plein été par manque de personnel. Je n’avais pas besoin de ça en plus, affirme-t-il.

Création artisanale

Le logo de son café, Rodolphe Kerbouriou dit l’avoir conçu avec quelques amis. Il assure qu’il ne connaissait pas l’existence de l’autre symbole, lui aussi composé de deux triangles imbriqués l’un dans l’autre.

Je ne connaissais même pas ce logo-là et je pense que ça ne ressemble pas vraiment. Les personnes qui y trouvent une ressemblance, je trouve que ce sont les personnes les plus dérangées là-dedans, avance Rodolphe Kerbouriou.

Nouvelle image?

Malgré tout, une spécialiste en marketing – la professeure adjointe Jessica Darveau, de l’Université Laval – croit que le Café des artistes aurait avantage à revoir son image.

Idéalement, la façon de se distancier le plus possible de références négatives comme celle-là, c’est de repartir à zéro, de repenser le logo. Même si on explique que nous, c’est différent, dès qu’il y a une connotation négative, c’est difficile de s’en détacher, explique-t-elle.

Jessica Darveau souligne que plusieurs entreprises, dont certaines qui sont internationales comme Gap, ont changé leur logo à la suite de commentaires négatifs.

Elle cite également l’exemple de l’Université Laval, qui a dû revoir tout le visuel de sa campagne de financement de 2016.

Les gens y voyaient la référence à un symbole nazi. C’était une maladresse; c’était le fait qu’il y avait peut-être un manque de recherche. Ce n’était pas exactement pareil, on sentait l’inspiration assez pour dire que c’était problématique. Le logo a été modifié pour se distancier de cette référence , rappelle Jessica Darveau.

Là pour rester

Rodolphe Kerbouriou n’a pas l’intention de modifier quoi que ce soit à son logo.

Vous avez une base de triangle pour un C pour "café", et puis un A pour "artistes", et le reste pour les montagnes de Charlevoix. Je ne suis pas parti pour changer mon logo. Je le trouve très beau. Je n’ai rien à me reprocher là-dedans, affirme-t-il.

Malgré la controverse sur les réseaux sociaux, les clients sont au rendez-vous et les affaires sont bonnes, selon le propriétaire. Il croit que la crise se résorbera d’elle-même.

Sur Internet, c’est en train de se gérer entre les détracteurs et les gens qui me supportent. Je ne m’en occupe pas. J’ai arrêté de lire. Je pense que tout ça va finir par se calmer, estime Rodolphe Kerbouriou.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !