•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19, un remède au déclin démographique de la Côte-Nord?

Une affiche d'agent immobilier qui indique la vente d'une maison à Québec

De nombreuses personnes de l'extérieur achètent des propriétés sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des élus de la Côte-Nord croient que les effets de la pandémie pourraient entraîner un renversement du déclin démographique de la région. Le contexte dans lequel la pandémie a plongé le Québec a attiré de nombreux touristes et peut-être même de futurs résidents dans la région.

Selon un rapport de la firme JLR Solutions foncières, la vente de maisons sur la Côte-Nord a bondi de 31 % en juillet comparativement à la même période l’an dernier.

Face à ces données et leurs propres observations, le maire des Escoumins, André Desrosiers, croit que la pandémie pourrait permettre de freiner l’exode de la Haute-Côte-Nord et même de renverser la tendance.

Aux Escoumins, l’intérêt des gens d'ailleurs au Québec pour des résidences secondaires de la région s’est accentué, remarque le maire en entrevue à l'émission Bonjour la Côte.

Environ 80 % des gens qui vivent sur la ZEC ici viennent de l’extérieur et c’est un phénomène qui s’est accentué dans les derniers mois.

André Desrosiers, maire des Escoumins

André Desrosiers, maire des Escoumins

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Au-delà de la villégiature, la hausse du télétravail a encouragé plusieurs personnes à s’installer en Haute-Côte-Nord, ajoute André Desrosiers.

Plusieurs personnes qui recherchent la tranquillité et le bord de mer veulent venir s’installer ici, dit-il. Ils font du télétravail et se déplacent en ville une fois de temps en temps. C’est un autre phénomène qu’on observe, explique-t-il.

Le préfet de la MRC de la Minganie, Luc Noël, a fait des observations similaires dans sa région. Il affirme que des gens qui ont des maisons de vacances en Minganie sont venus s’y installer pendant le confinement.

De plus, selon Luc Noël, le bureau d’accueil touristique à l’entrée de la Minganie a connu une hausse d’achalandage de 55 % cet été.

Ces hausses du tourisme et du nombre de résidents saisonniers en encourageront plusieurs à s’installer de façon permanente dans la région, croit Luc Noël.

Luc Noël accorde une entrevue dans son bureau.

Le préfet de la MRC de la Minganie, Luc Noël, dans son bureau.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Il y a même une personne qui m’a laissé un message sur mon répondeur. Il voulait venir travailler en Minganie.

Une citation de :Luc Noël, préfet de la MRC de la Minganie

Dans ce contexte, Luc Noël estime qu’il faut mettre à leur disposition des moyens technologiques fiables et efficaces pour permettre le télétravail, comme un réseau cellulaire, qui est toujours inexistant dans plusieurs villages de la Minganie.

Pour assurer la rétention de nouveaux résidents dans la région, Luc Noël et André Desrosiers croient aussi qu’il faut rendre plus accessible le transport vers les grands centres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !