•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démantèlement chirurgical de l’ancien pont Champlain

Des ouvriers près de vieilles poutres de l'ancien pont Champlain.

Les premières sections enlevées seront analysées par les experts afin de comprendre les raisons qui ont mené à l’usure prématurée du pont.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Plus d'un an après l'inauguration du nouveau pont Samuel-De Champlain qui relie Montréal et Brossard en traversant le fleuve Saint-Laurent, on passe à l’étape du démantèlement de l’ancienne structure.

L’opération, qui se veut un travail de déconstruction et non de démolition, est complexe mais nécessaire, selon la société Les ponts Jacques Cartier et Champlain incorporée.

Les premières poutres et sections enlevées seront analysées par les experts afin de comprendre les raisons qui ont mené à l’usure prématurée du pont.

Début juillet au 15-18, l’ingénieur Normand Tétreault expliquait que tous les systèmes de consolidation qui ont été ajoutés au fil des années pour réparer le pont rendent l’opération encore plus complexe.

Un ouvrier travaille sur une vieille poutre de l'ancien pont Champlain.

Les travaux de destruction du pont Champlain d'origine ont commencé.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Étape par étape

Les travaux, qui ont commencé le 18 août à partir de l’île des Sœurs, consistent d’abord à déconstruire la culée du pont, la partie située sur la rive et destinée à supporter le poids du tablier, explique Nathalie Lessard, directrice des communications à la société Les ponts Jacques Cartier et Champlain incorporée.

Il s’agit d’un travail délicat, où chaque étape compte, précise Mme Lessard. On n’aura pas recours au dynamitage comme lors d’une opération de démolition. On procédera section par section, pièce par pièce.

Un camion transporte un bloc géant.

Un camion transporte un bloc géant qui sera installé en dessous de la poutre pour la soutenir et en assurer la stabilité.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le but est à la fois de minimiser les nuisances telles que le bruit et la poussière pour les résidents proches du chantier, mais aussi pour réduire les effets de ces travaux sur l’environnement.

Des sonomètres seront utilisés pour mesurer et surveiller le niveau du bruit. Il en sera de même pour la qualité de l’air, indique Mme Lessard. Toutefois, fait-elle remarquer, cela dépendra aussi des conditions météorologiques.

Pendant les deux semaines que doit durer l’opération, les automobilistes devront composer avec des entraves routières. Le boulevard René-Lévesque de L'Île-des-Sœurs sera complètement fermé pendant les travaux, qui se poursuivront essentiellement sur le fleuve, ce qui aura moins d’impact sur la circulation.

Pour le reste du processus, Mme Lessard indique que les détails seront annoncés plus tard cet automne.

Un ouvrier travaille sur une nacelle.

Un ouvrier travaille sur la destruction du pont Champlain d'origine.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Respecter le budget et les délais

En plus d’être un grand défi de génie civil de déconstruire un pont de 3,4 km au-dessus du fleuve Saint-Laurent tout en protégeant l’environnement et les voisins, il s’agit également de prévoir les coûts et les échéanciers d’une telle opération dans un contexte de pandémie, rappelle Nathalie Lessard.

Initialement prévus pour une durée de 36 mois, les travaux de déconstruction dureront finalement 43 mois pour prendre fin en 2024, précise Mme Lessard.

Dans les conditions actuelles, on peut imaginer des pertes de temps, un ralentissement sur le chantier, parce qu’on doit maintenir la distanciation physique, le lavage des mains et toutes les mesures mises en place pour assurer la sécurité des employés sur le chantier [...] on a aussi prévu au-delà des 225 millions de dollars, des frais directs qui vont s’ajouter éventuellement pour des équipements supplémentaires.

Une citation de :Nathalie Lessard, directrice des communications à la société Les ponts Jacques Cartier et Champlain incorporée

Était-il possible de garder le pont encore plus longtemps? La structure est très endommagée, rétorque Mme Lessard. Le pont Champlain avait des problèmes de conception » ce qui a mené son usure prématurée. On l’a renforcé, on l’a maintenu, mais il y a une limite à la durée de vie de ce pont, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !