•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rassemblement à Winnipeg pour soutenir les victimes présumées de Peter Nygard

Affiche de l’annonce du rassemblement avec le mot-clic #TimesUpNygard.

Cette année, Peter Nygard a été accusé à New York d’avoir violé ou agressé sexuellement 57 femmes et filles dans le cadre d’un recours collectif au civil.

Photo :  Capture d’écran - Facebook / Times Up Nygard Protest

Radio-Canada

Mercredi, des activistes communautaires organisent à Winnipeg un rassemblement devant un ancien entrepôt ayant appartenu au créateur de mode Peter Nygard qui fait face à des allégations d’agressions sexuelles et de viols.

La mobilisation intitulée #TimesUpNygard vise à soutenir les victimes présumées de Peter Nygard, selon les organisateurs. Elle commencera à 16 h au 1340, avenue Notre-Dame.

Des hommes puissants comme Peter Nygard sont capables d’utiliser leur argent et leur influence pour ne pas être tenus responsables de leurs actes, déclare l'organisatrice du rassemblement #TimesUpNygard, Vivienne Ho.

Mme Ho est la présidente de la section locale 2348 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et la fondatrice de Women’s March Winnipeg. Les deux groupes seront présents au rassemblement aux côtés du Conseil de travailleurs unis du Canada, de Migrante Manitoba et de Winnipeg Youth United.

Ces groupes n’ont aucun lien avec Peter Nygard ou ses victimes présumées. Vivienne Ho explique qu’ils veulent soutenir publiquement les victimes et les survivantes présumées. À l’ère de #MeToo, nous suivons les traces de tant d’autres dans le monde qui croient les femmes et les survivants qui élèvent la voix et manifestent dans la rue pour appeler [à] la fin de la violence sexuelle , dit-elle.

Au courant de cette année, Peter Nygard a été accusé à New York d’avoir violé ou agressé sexuellement 57 femmes et filles dans le cadre d’un recours collectif au civil.

CBC News a parlé directement avec 10 femmes qui disent avoir été violées ou agressées sexuellement par lui.

À travers ses porte-parole, Peter Nygard a toujours nié les allégations d’agression sexuelle, et aucune allégation n’a été prouvée en cour.

Peter Nygard.

Peter Nygard est aujourd’hui âgé de 79 ans. Avant, ses entreprises valaient des centaines de millions de dollars.

Photo : Associated Press / Annie I. Bang

Vendredi dernier, le recours collectif contre Peter Nygard a été suspendu par le juge présidant l’affaire dans le district sud de New York à la demande du gouvernement américain.

Une suspension de la procédure signifie que la cause a été mise en attente, et non qu’elle a été abandonnée. La cour peut lever la suspension à une date ultérieure et poursuivre la procédure.

Les polices du Canada et des Bahamas mènent leurs propres enquêtes sur Peter Nygard.

Le lieu du rassemblement

Jusqu’à très récemment, le bâtiment situé au 1340, avenue Notre-Dame appartenait à Nygard Properties Ltd, une des neuf entreprises du créateur de mode qui ont été mises sous séquestre par les tribunaux du Manitoba. Les entreprises Nygard doivent des millions de dollars à de nombreux créanciers.

L’ancien entrepôt a été vendu en juin, mais le nom et l’image de Peter Nygard sont toujours sur les bâtiments.

Vivienne Ho soutient que Peter Nygard aurait fait beaucoup de victimes de violence sexuelle en raison de l’échec de la ville de [Winnipeg] à tenir Peter Nygard pour responsable de ses actes .

Aveuglement à l’objectivation du corps des femmes

Selon une militante autochtone de premier plan de Winnipeg. qui prendra la parole lors du rassemblement, Leslie Spillett, des rumeurs qualifiant Peter Nygard de prédateur sexuel circulaient dans la ville depuis des décennies.

Leslie Spillett debout dans une salle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Selon Leslie Spillett, les femmes hésitaient à dénoncer leurs agressions, car par le passé, les services de police et le système judiciaire n’ont pas toujours été du côté des femmes victimes.

Photo : Radio-Canada / Ahmar Khan

Dans les années 1980, Mme Spillett était une représentante syndicale du Syndicat international des ouvriers du vêtement pour dames dont des membres travaillaient dans certaines usines de M. Nygard. Même si aucune de ses membres n’a déclaré avoir été agressée sexuellement par Peter Nygard, il y avait toujours des rumeurs sur la manière dont il traitait des femmes, ajoute-t-elle.

Il y a un certain aveuglement à l’objectivation du corps des femmes, dit-elle en précisant que cette attitude pourrait expliquer la raison pour laquelle il a fallu des décennies pour que ça sorte .

Il [Peter Nygard] détenait beaucoup de pouvoir dans cette communauté, déplore Leslie Spillett.

Selon elle, la société idolâtrait des gens comme Hugh Hefner. Ce n’est que récemment que des hommes puissants comme Jeffrey Epstein, Harvey Weinstein et Bill Cosby ont été arrêtés et accusés de violences sexuelles contre des femmes.

Des misogynes ont détenu le pouvoir. Des misogynes blancs, devrais-je ajouter, ont détenu le pouvoir dans cette culture pendant des générations, dit Leslie Spillett.

Une grande affiche murale sur laquelle on voit à gauche de l’image de Peter Nygard et à droite deux dames debout vêtues de tailleur.

Nygard Compagnies est une société privée fondée en 1967 par Peter Nygard et spécialisée dans l’industrie de la mode.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Elle ajoute que les femmes hésitaient à dénoncer leurs agressions, car par le passé, les services de police et le système judiciaire n’ont pas toujours été du côté des femmes victimes.

Lorsqu'on entend parler de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées, les projecteurs ne sont souvent pas braqués sur les personnes qui ont violé et tués des personnes, mais sur ce que faisaient les femmes à l’époque, déplore-t-elle.

Mettre fin à la stigmatisation et au silence

Les organisateurs du rassemblement de mercredi veulent que cela change.

Nous voulons mettre fin à la stigmatisation et au silence qui entourent la violence sexuelle et prendre une position publique contre cela, déclare Vivienne Ho.

M. Ho, qui a fait du bénévolat dans un programme de lutte contre les agressions sexuelles pendant quatre ans, dit avoir vu les effets de la violence sexuelle sur les femmes.

Je veux que Winnipeg sache que nous sommes une communauté solidaire et que nous devons croire et soutenir les victimes, dit-elle. Nous voulons qu'elles sachent qu’elles peuvent dénoncer [la violence] et qu’elles auront du soutien.

Avec des informations de Caroline Barghout

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !