•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cégeps de l’Est-du-Québec privés d'une bonne part de leurs étudiants étrangers

Le cégep de Sept-Îles compte une quarantaine d'étudiants étrangers.

Le cégep de Sept-Îles fait partie des nombreux cégeps qui accueillent des étudiants étrangers. (archives)

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Sans surprise, les règles imposées par la santé publique pour contrer la pandémie ont freiné l'arrivée des nouveaux étudiants étrangers.

Cette diminution a des impacts sur l’achalandage des petits cégeps de la région dont certains comptent beaucoup sur leur présence pour compléter des cohortes.

Les étudiants qui n’avaient pas leur permis d’étude avant le 18 mars n'ont pas pu passer la frontière.

Cependant, cette règle ne concerne pas les étudiants de la deuxième et troisième année étant donné qu’ils possèdent déjà leur permis.

L'enseigne du Cégep de Matane.

Le Cégep de Matane

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Au Cégep de Matane, on ressent bien les conséquences de cette situation. Jusqu’à 120 étudiants étrangers doivent faire une croix sur leur formation cet automne.

Cependant, une cinquantaine d'autres pourront débuter leur cursus scolaire à distance, notamment pour les programmes en photographie, informatique et tourisme.

Ils pourront poursuivre leurs études au Canada si les règles de la santé publique sont assouplies entre-temps, en s'assurant de respecter une quarantaine à leur arrivée.

Le directeur général du Cégep de Matane, Pierre Bédard, rappelle qu’il s’agit d’une situation exceptionnelle.

Au moins, on est allé chercher énormément plus d’étudiants québécois et plus d’étudiants étrangers ce qui fait que l’on compense quand même un peu malgré la perte de ces 120 étudiants-là.

Pierre Bédard, directeur général du Cégep de Matane

Le Cégep de Matane n'a cependant pas tout perdu à cet égard.

Environ 250 étudiants étrangers, qui se trouvent principalement en deuxième et troisième année, seront présents cet automne. Ils représentent environ 37 % de la population étudiante, comparativement à 45 % l’an dernier.

Le clocher du campus de Gaspé du Cégep de la Gaspésie et des Îles.

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles, campus de Gaspé

Photo : Radio-Canada

Reporter la formation

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles n'accueillera que 73 étudiants étrangers cette année. L’an dernier, il y en avait le double.

La coordonnatrice du service des communications et des activités internationales, Isabelle Villechenon, explique que la direction a recommandé à ceux qui n’ont pas pu avoir leur permis d’étude, de remettre leur formation à l'an prochain.

La formation [est] très axée sur la pratique dans certains programmes où sont concentrés la majorité de nos étudiants étrangers. Ça devenait difficile pour nous des pratiquer de la formation à distance, explique-t-elle.

On a préféré leur offrir de reporter d’un an leur projet d’étude. On a qu’à penser par exemple à l’aquaculture où on doit avoir certaines notions de secourisme ou de sauvetage en mer alors ce n’est pas possible à ce moment-là.

Isabelle Villechenon, coordonnatrice du service des communications et des activités internationales du Cégep de la Gaspésie et des Îles
L'entrée principale du Cégep de La Pocatière.

Le Cégep de La Pocatière

Photo : Radio-Canada

Garder le contact

La situation affecte aussi une centaine d’étudiants en première année du Cégep de La Pocatière.

Soixante-dix ont annulé leur inscription tandis qu'une trentaine d'autres ont plutôt décidé de commencer leur cursus scolaire à distance.

Un impact important pour ce cégep de petite taille souligne la directrice générale, Marie-Claude Deschênes: une centaine d’étudiants internationaux sur 900 étudiants, on comprend que le pourcentage est quand même important. C’est une vie étudiante qui est riche avec la diversité de ces personnes-là qu’on accueille généralement dans nos murs. Mais on n’a pas le choix, il faut faire avec.

On va garder le contact avec eux. On va tenter de les intégrer quand la situation sanitaire le permettra.

Marie-Claude Deschênes, directrice générale du Cégep de La Pocatière
Le Cégep de Sept-Îles, avec son écriteau en avant-plan.

Le Cégep de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Evelyne Côté

Formation à distance

Au Cégep de Sept-Îles, une trentaine d’étudiants étrangers en première année ont remis à plus tard leur projet d'études.

Par contre, une dizaine d'autres commenceront leur formation à distance en attendant de pouvoir entrer au pays, selon la conseillère à l'international, Kyra Robertson.

C’est sûr que c’est quelque chose qui n’a pas été facile. Les enseignants sont vraiment ouverts. Ils vont offrir les cours en présentiel aux étudiants québécois qui vont être en classe et en même temps, faire la visioconférence avec les étudiants qui seront en France et en Afrique.

La formation à distance sera possible pour les programmes en informatique, en éducation à l'enfance, en soins infirmiers ainsi qu'en comptabilité et en gestion.

Pour les laboratoires, ça risque d’être un peu plus complexe. On a déterminé avec des partenaires à l’extérieur du pays des solutions qui pourraient [être possibles].

Kyra Robertson, conseillère à l'international, Cégep de Sept-Îles

Cette année, le Cégep de Sept-Îles accueille tout de même 45 étudiants étrangers principalement en deuxième et troisième année.

La porte d'entrée du Cégep de Baie-Comeau

Le Cégep de Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Au Cégep de Baie-Comeau, une dizaine d'étudiants en première année ont fait le choix d'annuler leur session.

L'établissement accueille cette année un total de 127 étudiants internationaux. De ce nombre, une trentaine d'étudiants français suivront leur formation à distance.

Pour sa part, le Collège de Rimouski (qui regroupe l'Institut maritime du Québec, le Centre matapédien d'études collégiales et le Cégep) compte dans ses rangs une quarantaine d'étudiants en deuxième et troisième année.

Une cinquantaine devaient les rejoindre cet automne, mais de ce nombre, un seul est arrivé à destination. La direction du Collège finalise actuellement son approche pour permettre d'offrir aux nouveaux inscrits de suivre une formation à distance.

Le Cégep de Rivière-du-Loup perd cette année 125 étudiants internationaux sur environ un millier d'étudiants.

L'Université du Québec à Rimouski, quant à elle, préfère dévoiler les chiffres complets à la mi-septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !