•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau cours sur l'avortement sera offert à l'Univeristé Dalhousie

Les étudiants en sciences infirmières, en médecine et en travail social peuvent s'y inscrire.

Logo de l'université Dalhousie à Halifax en N.-É.

Bien que l'avortement est décriminalisé au Canada depuis 1988, la stigmatisation entourant la procédure est toujours présente, selon la professeure Martha Paynter.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Radio-Canada

Un nouveau cours interdisciplinaire sur les soins d'avortement est offert pour la première fois cette année aux étudiants des programmes de santé à l'Université Dalhousie, à Halifax.

Les soins d'avortement ont beaucoup changé dans les Maritimes ces dernières années , explique Martha Paynter, qui dirigera le cours. Le but sera donc de préparer les futurs infirmières, médecins et travailleurs sociaux.

Les infirmières praticiennes peuvent désormais prescrire des avortements médicaux grâce au Mifegymiso, un ensemble de pilules utilisées pour interrompre les grossesses.

Avec l’amélioration de l'accès à l'avortement et la plus grande diversité de méthodes, ça crée plus d’opportunités d’apprentissage, explique Mme Paynter, candidate au doctorat en sciences infirmières et fondatrice de Women's Wellness Within.

Le cours est offert dans le cadre du programme interprofessionnel d'éducation en santé de l'Université Dalhousie et est ouvert à tous les étudiants des professions de la santé. Le cours est de courte durée, soit entre six à neuf heures, et permet a des étudiants de différents métiers de la santé de travailler ensemble.

Le Dr. Morgentaler se tient devant une bannière pro-choix

Henry Morgentaler, médecin canadien et un militant pro-choix

Photo : Radio-Canada

Les étudiants découvriront l'histoire des soins de l'avortement au Canada, de l'ouverture de la première clinique du Dr Henry Morgentaler à Montréal en 1969 à l'introduction de l'avortement chirurgical et médical à l'Île-du-Prince-Édouard en 2017.

Ils apprendront également comment pratiquer des avortements chirurgicaux, seront formés aux soins de suivi et exploreront leur rôle dans l'éducation des patientes sur les options contraceptives.

Ce cours est essentiel, selon la professeure, car l'éducation sur l'avortement fait toujours défaut dans de nombreux programmes de santé, en particulier dans les soins infirmiers, en raison de la stigmatisation entourant la procédure.

Portrait de Martha Paynter

Martha Paynter est candidate au doctorat en sciences infirmières à l'Université Dalhousie et fondatrice de Women's Wellness Within.

Photo : Paul Palmeter

Bien que l'avortement est décriminalisé au Canada depuis 1988, plusieurs obstacles persistent selon elle, comme la géographie, mais aussi la volonté des fournisseurs de soins de se mobiliser et d'offrir ces soins.

Si nous voulons surmonter cet obstacle, nous devons former les fournisseurs de soins, et lorsque cette pratique devient sécuritaire et courante, ils peuvent l'adopter et se sentir à l'aise avec cette offre de soins.

Il est obligatoire dans le code de déontologie des travailleurs de la santé de ne jamais abandonner leurs patients, explique-t-elle.

Lorsqu’ils ne peuvent pas offrir de soins d'avortement, ils doivent s'adresser à quelqu'un qui le peut.

Avec les renseignement de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !