•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les syndicats d’enseignants réclament des ordonnances de sécurité au travail

Une élève du secondaire qui porte un masque descend de l'autobus scolaire.

Les syndicats d'enseignants pensent que le plan de la province pour la rentrée enfreint la Loi sur la santé et la sécurité au travail.

Photo : Associated Press / Douglas R. Clifford

Radio-Canada

Les quatre principaux syndicats d'enseignants de l'Ontario affirment qu'une réunion au sujet de la santé et de la sécurité avec le ministre du Travail Monte McNaughton n'a rien donné.

Les syndicats avaient réclamé cette rencontre parce qu’ils estiment que le plan de la province pour la rentrée enfreint la Loi sur la santé et la sécurité au travail.

Dans une lettre conjointe adressée à leurs 190 000 membres, les syndicats expliquent qu’ils ont demandé au ministère du Travail d'émettre une série d'ordonnances pour limiter la propagation de la COVID-19 parmi les élèves et les enseignants.

L’AEFO, avec les autres syndicats, a souvent mis l’accent, au cours de la réunion, sur le fait que ces normes ne servent pas qu’à assurer la sécurité des enseignantes et enseignants et des travailleurs et travailleuses de l’éducation, mais aussi celle des élèves et de leurs familles. 

Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens dans une lettre à ses membres

Les syndicats estiment qu’il devrait y avoir de 15 à 20 élèves par classe, pour une cohorte maximale de 50 élèves.

Les normes pour la ventilation devraient être celles qui sont considérées comme sûres pour les palais de justice de la province, ajoutent-ils.

On a demandé au ministère d’expliquer pourquoi, si ces normes étaient jugées assez bonnes pour les juges et les avocats, elles n’étaient pas assez bonnes pour les élèves, les enseignantes et enseignants et les travailleuses et travailleurs de l’éducation.

Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens dans une lettre à ses membres

Les syndicats pensent que les conseils scolaires devraient pouvoir reporter le début de l'année scolaire, dans l'une ou dans l’ensemble de leurs écoles, pour que les mesures sanitaires soient en place.

Ils menacent de porter plainte auprès de la Commission des relations de travail, s’il n’y a pas d’ordonnance d’ici vendredi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !