•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un outil de plus dans la lutte contre les espèces exotiques envahissantes

Deux jeunes hommes posent près d'une station de lavage de bateaux, souriants.

Matys Tessier et Maxime Guay, deux des six étudiants à l'origine du projet Ozero.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une innovation conçue par des étudiants de l’Université de Sherbrooke pourrait donner des munitions de plus dans la lutte contre les espèces exotiques envahissantes dans les plans d’eau de la région.

Les promoteurs du projet Ozero sont de passage en Abitibi-Témiscamingue cette semaine pour présenter leur invention aux municipalités, pourvoiries ou entreprises intéressées par le développement de stations de lavage de bateaux.

La particularité du système Ozero réside dans sa capacité à décontaminer complètement chaque bateau, y compris les eaux des ballasts et des viviers, comme l’explique Maxime Guay, l’un des partenaires du projet.

La tuyauterie interne, c’est un gros vecteur de propagation, souligne-t-il. On parle même de 50 %. Oui c’est important de laver la coque et la remorque, mais on veut sensibiliser les municipalités au fait que la tuyauterie interne est tout aussi importante et que ça devrait devenir obligatoire de la nettoyer.

Le Conseil régional de l’environnement (CREAT) et les organismes de bassin versant Abitibi-Jamésie (OBVAJ) et Témiscamingue (OBVT) ont participé à l’organisation de cette tournée de promotion. Aurore Lucas, chargée de projet au CREAT, y voit un outil intéressant de prévention.

Bien sûr qu’on les surveille, c’est vraiment important pour compléter le lavage, compléter la sensibilisation. L’objectif c’est qu’il n’y ait pas de nouveau plan d’eau contaminé, une fois qu’il est contaminé, il n’y a rien à faire. L’objectif est de préserver les lacs qui sont encore exempts d’espèces exotiques envahissantes.

Pour Luc Bossé, président de l’OBVAJ, il est aussi primordial de poursuivre les efforts de sensibilisation auprès des utilisateurs des plans d’eau.

C’est important que les gens sachent que tout ce qui entre en contact avec l’eau peut être un vecteur de propagation, rappelle-t-il. Ça doit fait partie de leur préoccupation quand ils passent d’un plan d’eau à l’autre. On sait que les stations de lavage existent depuis plusieurs années, mais on doit garder les yeux ouverts sur les innovations.

Les six étudiants à l’origine d’Ozero sont désormais impliqués à temps plein dans le développement de leur entreprise. Ils espèrent pouvoir mettre leur invention sur le marché dès l’an prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !