•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford défend les publicités de son gouvernement pour la rentrée

Le premier ministre Doug Ford et son ministre de l'Éducation Stephen Lecce en conférence de presse.

Doug Ford considère que la campagne est nécessaire et assure que son gouvernement sera transparent, quant à son coût.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre ontarien Doug Ford défend une nouvelle campagne publicitaire lancée par son gouvernement pour faire connaître son plan de réouverture des écoles.

M. Ford estime que les députés de l'opposition qui ont critiqué les publicités font de la petite politique et que son gouvernement doit tenir la population au courant des mesures pour la rentrée.

Le premier ministre n'a pas pu dévoiler combien coûteraient ces publicités, mais a indiqué qu'elles continueraient d'être diffusées, malgré les critiques.

La campagne inclut des publicités imprimées et un message radiophonique de 30 secondes vantant les efforts qu'a faits le gouvernement afin de consulter les professionnels de la santé et de l'éducation pour élaborer sa stratégie.

Un enfant enlace son père dans la cour d'école.

Les partis d'opposition considèrent que la campagne publicitaire est une mauvaise utilisation des fonds publics alors que les besoins sont grands sur le terrain.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Elle détaille également certaines des mesures incluses dans le plan et fait la promotion d'un site web gouvernemental contenant plus d'informations.

Des députés néo-démocrates et libéraux de l'opposition affirment que Doug Ford devrait plutôt s'attarder à dépenser de l'argent pour embaucher plus d'enseignants et accroître la distanciation physique dans les écoles.

Le chef libéral Steven Del Duca déplore le fait que le premier ministre dépense des milliers de dollars pour vendre un plan bancal et seulement quelques sous par élève pour assurer la sécurité.

Les parents ne seront pas dupes, à son avis.

La chef de l'opposition Andrea Horwath considère que la campagne n'est ni plus ni moins que de la propagande.

Le premier ministre va dépenser des fonds publics pour faire la promotion de son plan pour la rentrée, commente-t-elle, en soutenant qu'il est sécuritaire, alors que tout le monde sait qu'il ne l'est pas.

Mme Horwath pense que les fonds publics devraient plutôt être utilisés pour que la rentrée se fasse en toute sécurité.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !