•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des participantes de Canada’s Drag Race disent aux fans de cesser l’intimidation

Douze drag queens posent pour la photo.

L'émission « Canada's Drag Race » arrive sur Crave le 2 juillet.

Photo : Crave

Radio-Canada

Des drag queens qui participent à l’émission Canada’s Drag Race, la version canadienne de RuPaul’s Drag Race, ainsi que le diffuseur Crave dénoncent les commentaires blessants et parfois haineux adressés à des membres de la distribution par le public.

Ilona Verley, une drag queen participante originaire de Vancouver, a tweeté cette semaine que des commentaires haineux publiés à son sujet à la suite de la diffusion d’un épisode l’avaient menée à l’hôpital pour une tentative de suicide.

Elle dit en avoir assez des gens qui s’adonnent à la cyberintimidation et elle veut défendre une autre participante, Rita Baga, qui reçoit également de nombreux commentaires blessants en ligne.

Qu’allez-vous faire quand vous allez finir par tuer l’une d’entre nous?, écrit Ilona Verley. Celle-ci a, depuis, publié un message où elle précise qu’elle va beaucoup mieux.

Une autre participante, Scarlett BoBo, a également voulu faire passer le même message sur Twitter : SVP, arrêtez d’envoyer de la haine aux membres de l’équipe, a-t-elle écrit. C’est bien d’avoir des favorites, mais l’intimidation, ce n’est pas OK.

Aucune place pour la haine

Crave, le service de diffusion en continu de Bell Média, dit espérer, dans une déclaration envoyée à La Presse canadienne, que les fans de l’émission allaient respecter son message d’inclusivité et d’acceptation.

Il est malheureux que des fans [de l’émission] aient laissé leur passion devenir du harcèlement en publiant des commentaires haineux à propos de nos drag queens et de nos juges en ligne, écrit Crave, au sujet de l’émission, dont la diffusion a débuté le mois dernier.

Il n’y a aucune place pour la haine dans la communauté de Canada’s Drag Race, ou n’importe où, ajoute le diffuseur.

Comme RuPaul’s Drag Race, la version canadienne met en vedette des drag queens qui entrent en compétition pour obtenir le titre de la prochaine super vedette drag (« Next Drag Superstar »), assorti d'une bourse de 100 000 $. Des défis sont donnés aux participantes, et un panel de juges évalue leur progression.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !