•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des bacs de Récupex vandalisés à Sherbrooke

Deux bacs de récupération qui ont été ouvert de force par un ou des individus.

Les malfaiteurs semblent avoir utilisé une barre de corbeau pour ouvrir les bacs.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des bacs de récupération de vêtements et d'accessoires de l’organisme Récupex ont été vandalisés à Sherbrooke.

L’organisme à but non lucratif a constaté plusieurs cas récemment, même s’il ne s’agit pas d’un problème généralisé. On a eu quelques cas, a déploré Danny Roy, directeur général adjoint de l’organisme en entrevue à l’émission Par ici l’info. C’est un peu le même modus operandi. On a l’impression que c’est quelqu’un qui va prendre une barre de métal et soulever le couvercle par le bas.

« Ça fait 2 ou 3 fois qu’on le vit récemment. On espère que ce sera anecdotique et que ça va passer. »

— Une citation de  Danny Roy, directeur général adjoint de Récupex

Difficile de savoir quelles sont les motivations des personnes qui ont commis ces actes, mais quoi qu'il en soit, les impacts sont bien réels.

Ça nous cause des ennuis à nous par contre, c’est certain, a souligné M. Roy, qui estime que la situation est regrettable pour les donateurs qui soutiennent la mission de l’organisme. C’est plate pour tout le monde. Les dons qui sont par terre vont être traînés dans la poussière, s’est-il exclamé.

Appel à la vigilance citoyenne

M. Roy indique que Récupex n’est pas en mesure d’effectuer une surveillance accrue de la centaine de bacs répartis sur le territoire.

La collaboration des citoyens qui seraient témoins d’actes de vandalisme est donc demandée. On fait un appel à la vigilance. Si les gens voient des rôdeurs ou des gens qui sont en train de faire du vandalisme, de le signer, de nous appeler, a-t-il souligné, tout en précisant que l’organisme pourrait porter plainte à la police au besoin.

Les vêtements qui jonchent le sol en périphérie des bacs vandalisés envoient un message d’insécurité, selon M. Roy. On trouve cela très dommage pour cela. Cela a un impact un peu plus large sur l’image de ce qu’on fait, alors qu’on essaie d’aider le monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !