•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique applaudit la décision de l'OMC sur le bois d’oeuvre

Du bois d'oeuvre.

John Horgan qualifie la décision de victoire pour la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

En Colombie-Britannique, les réactions favorables à la décision de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) donnant raison au Canada dans un différend avec les États-Unis concernant les droits américains imposés sur les exportations de bois d'oeuvre se font entendre.

Le premier ministre de la province, John Horgan, qualifie la décision de victoire pour les producteurs de bois d’oeuvre britanno-colombiens.

Nous sommes heureux que la décision de l’OMC appuie la contestation du Canada des droits compensateurs américains sur le bois d’œuvre, écrit-il.

Il reste cependant du travail à faire pour mettre fin aux droits inéquitables des États-Unis sur les exportations canadiennes de bois d'oeuvre résineux, fait-il valoir dans un communiqué.

Le secteur forestier est vital pour l’économie de notre province et pour les travailleurs dévoués dont les moyens de subsistance en dépendent.

John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique
Des grumes en train d'être soulevées par une machines.

L'Organisation mondiale du commerce a donné raison au Canada dans un différend de longue date avec les États-Unis concernant les droits américains imposés sur les exportations canadiennes de bois d'œuvre.

Photo : Reuters / Chris Wattie

« Des droits qui n'auraient jamais dû être versés »

Le Conseil du commerce du bois de la Colombie-Britannique applaudit également la décision tombée lundi. Celle-ci détermine que les droits américains, conçus pour contrer les subventions canadiennes, violent les règles du commerce international.

L'industrie de la Colombie-Britannique a versé des milliards de dollars en droits compensateurs au cours des trois dernières années, alors que ces droits n'auraient jamais dû être payés en premier lieu, estime la présidente du Conseil, Susan Yurkovich.

Une industrie mise à mal

Le secteur forestier, un pilier de l'économie de la Colombie-Britannique, souffre depuis quelques années d'une crise qui voit les fermetures d'usines et les licenciements de travailleurs se multiplier.

En 2019, plus de 50 usines de transformation du bois ont suspendu temporairement ou indéfiniment leurs activités.

La même année, les recettes provenant du secteur des forêts ont dégringolé de 11 % par rapport à l'année précédente, selon des données du ministère des Finances de la province.

La décimation des arbres par le dendroctone du pin, la faiblesse des marchés aux États-Unis et en Chine et l'approvisionnement en bois sont parmi les facteurs souvent mentionnés comment ayant une incidence sur le secteur forestier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !