•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants se préparent pour offrir une rentrée rassurante

Deux fillettes se balancent dans une cours d'école.

À l'école de l'Aquarelle de Rimouski, on se prépare pour la rentrée avec les contraintes qu'impose la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

Le retour en classe approche à grands pas dans l'Est-du-Québec et même si cette rentrée scolaire ne sera pas comme les autres en raison de la pandémie de COVID-19, les enseignants font tout pour que les élèves et les parents soient rassurés.

Entre planification et mise en place de la classe comme chaque année, les enseignants jonglent avec des mesures sanitaires à faire respecter. À l'école de l'Aquarelle, du Centre de services scolaire des Phares à Rimouski, les enseignants croient que, malgré tout, cette année se passera bien.

En classe, comme avant

Jean-François Ross en est à ses derniers préparatifs pour accueillir les élèves de sa classe de 2e et de 3e année. En dépit de la pandémie, sa classe ressemble à ce qu'elle était l'an dernier, car les enfants d'une même classe pourront interagir sans distanciation.

Ce qui va y avoir de différent cette année : les déplacements se font à sens unique dans les couloirs, et dans les récréations, les jeunes vont devoir jouer seulement avec les élèves de leur classe, explique l'enseignant.

En classe, ça va être sensiblement ce qu'ils ont vécu l'année passée avant la pandémie.

Jean-François Ross, enseignant à l'école de l'Aquarelle

L'enseignant se veut rassurant puisque plusieurs habitudes vont demeurer inchangées.

J'ai vraiment placé les bureaux à au moins trois mètres du tableau donc je vais pouvoir donner ma leçon sans masque avec mes grimaces et tout. Ils vont les voir! Lorsque je vais m'approcher d'eux, lorsque je vais circuler, on me demande de porter le masque, explique M. Ross.

Jean-François Ross sourit à la caméra assis à l'un des pupitres de sa classe.

Jean-François Ross est enseignant en deuxième et troisième année à l'école primaire de l'Aquarelle.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Rassurer les parents

De son côté, l’enseignante en adaptation scolaire, Julie Proulx, se prépare à devoir rassurer les parents.

Le défi principal, je pense que ça va être de rassurer tout le monde, de montrer aux parents qu'on fait notre possible. Que leur enfant va être bien, qu'il ne sera pas en difficulté et qu'il ne sera pas brimé par cette espèce de congé forcé-là, indique l’enseignante.

Julie Proulx sourit à la caméra. Elle est devant une bibliothèque qui contient des jouets.

Julie Proulx est enseignante en adaptation scolaire à l'école primaire de l'Aquarelle

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Une fois que l’enseignante aura pris le temps de bien cibler les besoins de ses élèves concernant le rattrapage scolaire, la routine habituelle devrait reprendre son cours, pense Mme Proulx.

Une fois qu'on va débuter, on va faire comme d'habitude : prendre chaque cas individuellement et aider les enfants avec toutes les mesures qu'on a en place, précise-t-elle.

Par ailleurs, à quelques jours de la rentrée scolaire, le Centre de services scolaire des Phares affirme être toujours à la recherche de personnel manquant, tant dans le domaine de l'enseignement qu'en service de garde.

Avec les informations de Jennifer Boudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !