•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une 1re rentrée particulière pour la Faculté de médecine de McGill en Outaouais

Adaptation, flexibilité et efforts sont les mots qui ressortent de cette première journée.

Des étudiants sont assis à des tables, ordinateurs devant eux. Ils regardent vers l'avant ou prennent des notes.

Une vingtaine d'étudiants étaient en classe pour la rentrée à la Faculté de médecine de McGill en Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Radio-Canada

Une vingtaine d'étudiants étaient en classe, lundi matin, pour le premier jour de leur formation en médecine à Gatineau. Le caractère historique de ce moment tant attendu ne sera pas changé par la pandémie.

La Faculté de médecine de l'Université McGill en Outaouais a accueilli, malgré la COVID-19, sa première cohorte. Annoncée en 2016 par le précédent gouvernement, cette dernière avait fait la manchette concernant l'offre de l'année préparatoire en français.

Le doyen associé et directeur au campus de l'Outaouais, le Dr Gilles Brousseau, est très heureux d'enfin accueillir les étudiants. Il a le sentiment de livrer quelque chose qui [était] très attendu dans la région.

En matinée, 20 étudiants ont assisté à leur premier cours en classe, tandis que quatre autres étaient plutôt présents virtuellement. L'enseignement se fera en présentiel et en ligne, comme dans la plupart des autres universités, selon le Dr Brousseau.

La pandémie a fait en sorte qu’on a dû revenir en mode hybride. On doit utiliser les technologies et être flexibles.

Une citation de :Dr Gilles Brousseau, doyen associé et directeur au campus de l'Outaouais

Nicolas Daccache a quitté Montréal pour l'Outaouais il y a à peine trois jours. Le fait d’avoir l'opportunité d’aller dans un milieu de région était vraiment quelque chose qui m’intéressait, confirme l'étudiant, qui cherchait un changement dans sa vie.

Un homme en entrevue dans le corridor, devant des casiersé

Nicolas Daccache vient de Montréal et il a hâte de découvrir la région pendant ses quatre années d'études en médecine.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

La première journée était pas mal différente de ce à quoi je m'attendais, confie-t-il, se disant déçu de devoir commencer sa formation en mode hybride. Mais il souligne qu'il s'agit d'une question de santé publique.

La santé publique, c’est notre préoccupation principale. C’est un peu pour ça que nous étudions en médecine.

Une citation de :Nicolas Daccache, étudiant en médecine

Loin d'être découragé par la situation, il y voit une excellente occasion d'apprendre à s'adapter, même s'il faudra encore quelques semaines pour s'y faire.

L'adaptation

Mahmoud Moustafa soutient également cette idée. Ce dernier était excité de commencer ses études en médecine en Outaouais après avoir terminé son année préparatoire à l'Universite McGill à Montréal.

Même si les plans ont un peu changé en raison de la crise sanitaire, il voit cette expérience comme un avantage pour la suite des choses. Avec la pandémie, bon nombre de médecins se sont tournés vers la pratique en ligne et le fait de recevoir une partie de la formation à distance pourrait aider, selon lui.

Si on se fait former pour interagir avec des patients en ligne, à distance, ça va me servir pour plus tard, parce que si c’est la nouvelle normale, on doit s’adapter à ça, fait-il valoir.

Un homme en entrevue dans le corridor, devant des casiers.

Mahmoud Moustafa est de la région de Montréal et il a choisi l'Outaouais pour ses études en médecine.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Malgré les changements qu'a imposés la pandémie, M. Moustafa se dit satisfait de l'accueil reçu. L'équipe fait un travail extraordinaire, lance-t-il. On ne manque de rien, on a tous nos cours théoriques.

Je garde toujours ce but final de devenir médecin en tête, ça me motive, je suis vraiment excité et content d’être ici.

Une citation de :Mahmoud Moustafa, étudiant en médecine

Le fait d'étudier en Outaouais présente aussi certains avantages. La petite cohorte, qui ne compte que 24 étudiants, crée une ambiance plus familiale et la région présente un bon équilibre entre vie urbaine et vie rurale.

Un moment historique

Cette fébrilité est partagée par Roxane Daboval, originaire de l'Abitibi. Après avoir fait son année préparatoire à Montréal, elle est heureuse de revenir dans un milieu qui ressemble plus à chez elle.

Une femme en entrevue dans le corridor, devant des casiers d'école.

Roxane Daboval est originaire de l'Abitibi et elle fera médecine en Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Ça a été une année super le fun pour découvrir la métropole, mais moi je viens d’une petite région où il n'y a pas beaucoup d’activités urbaines, indique-t-elle. C’est une expérience, mais moi, je préfère la tranquillité.

On est un premier campus, on fait un peu l’histoire, c'est excitant.

Une citation de :Roxane Daboval, étudiante en médecine

C'est une rentrée historique, réitère la directrice de l'enseignement, des relations universitaires et de la recherche au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, Martine Potvin. On reçoit les premiers étudiants en formation médicale complète au sein de la région.

En plus de leur formation de quatre ans, les étudiants de la nouvelle faculté auront la chance de faire leur résidence ici et d'offrir des soins à la population, ajoute Mme Potvin.

Interrogés quant à leur envie de rester en Outaouais à la fin de leurs études, tous les étudiants ont dit la même chose. Ils sont impatients d'apprendre à découvrir la région et ils sont ouverts à y rester, mais il est trop tôt pour faire un choix.

Avec les informations de Yasmine Medhi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !