•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travailleurs migrants : manifestation pour de meilleures conditions

Des gens derrière une banderole

La manifestation a eu lieu devant un bureau d'Immigration Canada à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

La Presse canadienne

Une manifestation pour demander de meilleures conditions de vie et de travail pour les travailleurs migrants agricoles a eu lieu dimanche en après-midi à Toronto.

Elle s’est déroulée devant un bureau d'Immigration Canada pour protester contre ce que les manifestants qualifient de traitement injuste envers ces travailleurs.

L'événement était organisé par l'Alliance des travailleurs migrants du Canada, qui depuis des mois milite pour que les travailleurs migrants reçoivent le même statut et les mêmes avantages que les citoyens canadiens.

Syed Hussan, directeur exécutif du groupe, a déclaré que les actions visaient à souligner les problèmes uniques auxquels ces travailleurs sont confrontés et à garantir qu'ils reçoivent un traitement égal en vertu de la loi.

Certains travailleurs migrants ont perdu la vie. D’autres ont perdu leurs moyens de subsistance à cause de la COVID-19, a déclaré M. Hussan durant la manifestation.

Si nous voulons une société vraiment égalitaire, tout le monde devrait avoir le même statut et les mêmes opportunités, qu'ils soient nés ici ou non.

Des gens devant des banderoles

Les manifestants demandent de meilleures conditions pour les travailleurs migrants agricoles.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Les demandes de régularisation du statut de ces travailleurs ont atteint leur paroxysme ces derniers mois lorsque le COVID-19 s'est répandue dans plusieurs fermes de l'Ontario, mettant en évidence les dangers que la pandémie posait aux travailleurs migrants agricoles.

Des centaines de travailleurs migrants dans la province ont contracté le nouveau coronavirus. Trois en sont décédés.

Gabriel Flores, un travailleur migrant qui dit avoir été licencié après avoir parlé aux médias des conditions dans les fermes, a déclaré aux manifestants présents que les employeurs contrôlaient presque tout.

Les employeurs ont trop de pouvoir contre les travailleurs, a déclaré M. Flores par l'intermédiaire d'un traducteur. Il est impossible de se défendre .

Marisol Bobadilla, qui a déjà été une travailleuse migrante temporaire, a exprimé sa propre frustration face à l'autocensure que les travailleurs migrants s'imposent pour conserver leur emploi.

Nous avons peur de nous plaindre [de nos conditions] et de perdre notre emploi, car perdre notre emploi signifie perdre la possibilité d’une vie meilleure pour nos familles.

M. Hussan a ajouté qu'il espérait que la pression des manifestations comme celle de dimanche permettra des changements politiques.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !