•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le terrifiant retour de Sharkasaurus, le dinosaure-requin albertain

Il reviendra sur vos écrans plus grand et plus méchant que jamais dans cette suite au premier film.

La maquette géante d'un requin avec du sang sur la bouche.

Le tout nouveau costume de requin mesure cinq mètres.

Photo :  CBC / Terri Trembath

Radio-Canada

Après un premier film, pourquoi pas un deuxième? Les créateurs du film culte albertain, Sharkasaurus, entament une autre production pour raconter la suite des aventures du monstrueux requin-dinosaure.

Et, cette fois-ci, l'équipe prend des précautions additionnelles. Non, pas pour se protéger contre un monstre hybride de cinq mètres qui se faufile dans la boue des Badlands. Mais en raison de la COVID-19.

Cette année, le plateau de tournage est orné de désinfectant, de stations de lavage des mains et de détecteurs thermiques pour vérifier la température corporelle : le tout pour garder les caméras en marche durant une pandémie.

Jusqu'à présent, l'équipe tient le coup constate le co-scénariste et réalisateur, Spencer Estabrooks.

Être sur un plateau de tournage, c'est comme retrouver la famille et vivre avec 30 à 50 personnes pendant plusieurs jours. C'est difficile de s'ajuster, mais on le fait.

Spencer Estabrooks, co-auteur et réalisateur

On persévère et on reste en sécurité, raconte-t-il.

Des cinéastes sur un plateau de tournage de style western avec des vieux édifices.

Le tournage a lieu à Drumheller.

Photo : CBC / Terri Trembath

Un secteur performant, mais fragile

Comme bien d'autres industries, celle du film a été immobilisée au mois de mars alors que le coronavirus se propageait en Alberta.

Les projets de cinéma mis à l'arrêt ont laissé des milliers de créateurs albertains sans travail.

La reprise du secteur est arrivée avec la phase deux du plan de relance économique du gouvernement provincial.

D'ailleurs, la province a publié un document d'orientation de trois pages pour guider les cinéastes à leur retour au travail, couvrant la logistique de production et la prévention des infections lors des tournages.

Plus grand et plus méchant

Le film original du Sharkasaurus, présenté en 2014, a attiré beaucoup d'attention. Le court-métrage de huit minutes, diffusé dans des festivals de cinéma à travers le monde, a également mené à la création d'un roman graphique.

Le prochain opus est un western relatant les années 1880 à Drumheller, où la protagoniste Betsy Tyrrell doit à tout prix arrêter le dinosaure-requin, libéré dans le village à cause de mineurs de charbon qui ont creusé trop profondément.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La maquette géante d'un requin avec du sang sur la bouche.

Le dinosaure-requin albertain bientôt de retour sur les écrans

Photo :  CBC / Terri Trembath

L'Alberta Foundation for the Arts a accordé 15 000 $ à l'équipe de production, qui a réussi à recueillir 10 000 $ supplémentaires.

L'argent a aidé à financer la pièce maîtresse du projet : le costume de monstre. C'est une amélioration, puisque dans le premier film, ils l'avaient illustré à l'aide d'une marionnette.

Le costume a été conçu et construit par Brian Cooley, un modeleur de dinosaures dont bien des œuvres sont exposées au musée paléontologique Royal Tyrrell, à Drumheller.

Kyra MacPherson est la maquilleuse officielle du dinosaure. C'est donc elle qui est chargée de le rendre aussi épeurant que possible.

Créer des monstres, avec du sang qui dégouline, c'est vraiment ce que qui m'allume.

Kyra MacPherson, maquilleuse en effets spéciaux
Gros plan de Kyra avec un masque au visage.

Kyra MacPherson travaille dans l'industrie du cinéma depuis sept ans.

Photo :  CBC / Terri Trembath

La maquilleuse souhaite que The Ballad of Sharkasaurus fasse son effet sur le public.

J'ai beaucoup d'espoir en ce projet. Je pense que Sharkasaurus est un véritable héros dont on avait tous besoin sans même le savoir, dit-elle.

Avec les informations de Hannah Kost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !