•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gérer les résidences étudiantes en contexte de pandémie, tout un casse-tête

Plusieurs personnes sortent d'un bâtiment de l'Université d'Ottawa avec des caisses et des valises.

Des étudiants ont dû quitter leur résidence à l'Université d'Ottawa au début de la pandémie (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors que la rentrée scolaire approche à grands pas, collèges et universités font face à un défi logistique de taille : accommoder les étudiants qui demeurent dans leurs résidences en contexte de pandémie.

À l'Université d'Ottawa et au collège La Cité, le pan de gestion des résidences a été élaboré en ayant comme priorité la santé et la sécurité des étudiants et des employés.

Nos mesures ont été développées en collaboration avec la santé publique, ce qui est très différent des années passées. Nous essayons d’anticiper tous les scénarios possibles et on est prêts à s’ajuster si la situation évolue, assure Rachelle Clark, la directrice du secteur mieux-être et récréatif de l'établissement.

La préparation était de longue haleine, mais nous sommes prêts. Évidemment, on fait face à l'inconnu, alors il faudra être patient, mentionne pour sa part Martine Dion, la gestionnaire de la résidence étudiante du collège La Cité.

Seules les aires communes essentielles comme les buanderies partagées demeureront ouvertes. Le port du masque sera obligatoire à l'intérieur des bâtiments, sauf lorsque les étudiants seront dans leur chambre. Ceux-ci ne pourront pas recevoir de visiteurs jusqu'à nouvel ordre.

Par ailleurs, les étudiants internationaux qui ne sont pas déjà au Canada vont devoir effectuer une quarantaine de 14 jours à leur retour au pays. L'Université d'Ottawa a un partenariat avec un hôtel avoisinant prêt à les héberger pour la durée de cette période d'isolement, le collège La Cité dit également avoir un arrangement en place pour les accommoder.

Une clientèle inévitablement réduite

L'Université d'Ottawa, qui prévoit accueillir un peu plus du quart de ses 4200 résidents habituels cette année, n'ouvrira que 5 de ses 11 résidences cet automne. Les résidences qui abriteront des étudiants ont été choisies de façon stratégique, ayant moins d'espaces communs.

Chaque résident va avoir sa propre chambre et la plupart des étudiants vont avoir leur propre salle de bain. Nous allons avoir quelques étudiants qui vont partager. Ils vont être deux pour une salle de bain, mais encore, c’est avec l’approbation de Santé publique Ottawa, explique Mme Clark.

Le collège La Cité anticipe aussi une baisse de clientèle, mais de façon moins significative avec environ 50 % des 250 chambres disponibles qui seront occupées. Les premiers étudiants feront leur arrivée ce dimanche.

Avec la majorité des cours à distance, on a beaucoup moins d'inscriptions pour cette année. Les frontières étant fermées, la clientèle internationale qui forme une bonne partie de nos étudiants sera moins présente que d'habitude, souligne Mme Dion.

Vue extérieure du Collège La Cité à Ottawa

Les premiers étudiants feront leur arrivée ce dimanche au Collège La Cité à Ottawa.

Photo : Emilien Juteau - CBC Ottawa

Michaëlle Dufour fait partie des étudiants qui ont choisi de délaisser la résidence cette année. Selon elle, le bâtiment ne présente plus les mêmes avantages que l'an dernier, puisque les activités sociales qui s'y déroulaient ne pourront plus avoir lieu et le facteur de proximité avec le collège prend moins d'importance en raison des cours à distance.

Sur mes 5 cours, j'en ai moins de la moitié qui sont à l'école. La résidence, on serait plus confiné dans nos unités, donc l'appartement était la meilleure option dans ce contexte-là, estime l'étudiante originaire de l'Estrie.

Les deux établissements postsecondaires reconnaissent que les mesures en place rendent plus difficile l'aspect social de la vie étudiante, mais rappellent qu'elles sont un mal nécessaire en contexte de pandémie.

Avec les informations de Stéphane Leclerc, Rosalie Sinclair et Ismaël Sy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !