•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avion transportant Alexeï Navalny s'est envolé vers l'Allemagne

Selon le médecin en chef de l'hôpital d'Omsk, des substances chimiques industrielles ont été détectées sur les vêtements et les doigts de l'opposant russe.

L'avion médicalisé transportant l'opposant russe Alexei Navalny vers l'Allemagne.

L'avion médicalisé transportant l'opposant russe Alexei Navalny vers l'Allemagne.

Photo : Reuters / ALEXEY MALGAVKO

Radio-Canada

L’opposant russe Alexeï Navalny a quitté dans la nuit de vendredi à samedi l'hôpital. Il a quitté le pays en direction de l'Allemagne dans un avion médicalisé affrété par une ONG allemande.

Auparavant, l'hôpital russe où a été admis Alexeï Navalny avait donné le feu vert pour son évacuation.

Nous avons décidé de ne pas nous opposer à son transfert dans un autre hôpital, celui qui nous sera désigné par ses proches, a déclaré aux journalistes Anatoli Kalinitchenko, le directeur adjoint de l'hôpital des urgences no 1 d'Omsk.

L'homme de 44 ans se trouve actuellement dans le coma, mais son état est stable, a-t-il indiqué.

Principal opposant au Kremlin (ses publications dénonçant la corruption des élites russes sont abondamment partagées sur les réseaux sociaux), M. Navalny a été hospitalisé jeudi, placé en réanimation et relié à un respirateur artificiel, après avoir eu un malaise dans un avion.

Ses alliés disent être persuadés qu'il a été victime d'un empoisonnement intentionnel, que quelque chose a été mélangé à son thé.

Plus tôt dans la journée de vendredi, le Dr Kalinitchenko et le médecin en chef de l'hôpital, Alexandre Mourakhovski, avaient plutôt jugé que l'état instable de M. Navalny ne permettait pas son transfert à l'étranger.

La famille et les alliés de M. Navalny ont qualifié ce refus de menace pour la vie de l'opposant, alors qu'un avion médicalisé affrété par une ONG a atterri vendredi à Omsk dans l'espoir de l'emmener en Allemagne.

La Cour européenne des droits de l'homme fait pression

Sur la demande des proches de M. Navalny, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a enjoint vendredi soir à Moscou d'autoriser la famille et les médecins d'Alexeï Navalny à lui rendre visite pour s'assurer que son état de santé permet son transfert médicalisé en Allemagne, a-t-on appris auprès de la Cour.

Saisie quelques heures plus tôt par l'entourage d'Alexeï Navalny, la Cour a également demandé à la Russie de veiller sans délai à ce qu'elle-même, sa femme Ioulia Navalnaïa et ses médecins aient accès à son dossier médical, a-t-on précisé de même source.

Mme Navalnaïa avait demandé au président russe, Vladimir Poutine, de permettre le transfert de son époux en Allemagne, dans une lettre diffusée sur Twitter. Les proches de M. Navalny avaient également saisi la CEDH, qui siège à Strasbourg, d'obtenir son transfert vers l’Allemagne.

Ils disaient croire que les autorités russes attendent que les toxines sortent et cessent d'être détectables dans le corps.

Ioulia Navalnaïa, portant des lunettes fumées, est entourée de journalistes.

Ioulia Navalnaïa, épouse d’Alexeï Navalny, parle aux médias devant l'hôpital d'Omsk.

Photo : Reuters / ALEXEY MALGAVKO

Des médecins allemands autorisés à voir Navalny

Plus tôt dans la journée, Moscou a autorisé des médecins allemands à rendre visite à Alexeï Navalny, a indiqué le bras droit de l'opposant, Leonid Volkov.

Les médecins qui sont venus sur ce vol de Nuremberg et qui se sont d'abord vu refuser l'accès au patient l'ont finalement obtenu, a-t-il affirmé.

Pour Leonid Volkov, Alexeï Navalny n'a toujours pas fait l'objet d'un diagnostic ou d'une analyse.

Aucune donnée fiable, aucune donnée indépendante ne nous est accessible, et notre demande reste la même : nous devons le transférer dans un endroit, à Berlin, pour qu'il puisse faire l'objet d'une analyse indépendante de ce qui lui arrive.

Leonid Volkov, bras droit d’Alexeï Navalny

En début de journée, le Dr Mourakhovski avait déclaré que le diagnostic principal de M. Navalny était celui d'un problème métabolique résultant d'une faible glycémie et qu’il n’y avait pas lieu de croire à un empoisonnement.

Il a tout de même fait état de substances chimiques industrielles détectées sur les vêtements et les doigts de M. Navalny.

Plusieurs fois attaqué

Portrait d'Alexeï Navalny dans une foule.

L’opposant russe Alexeï Navalny, lors d’un rassemblement à Moscou

Photo : Reuters / Shamil Zhumatov

Principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny a déjà été victime d'attaques physiques. En 2017, il avait été aspergé d'un produit antiseptique dans les yeux à la sortie de son bureau à Moscou.

Brièvement emprisonné en 2019, il avait été admis à l'hôpital pour une réaction allergique, mais son entourage avait dénoncé un empoisonnement.

D’autres opposants du pouvoir ont été victimes ces dernières années d'empoisonnement en Russie ou à l'étranger. Deux cas très médiatisés ont notamment eu lieu au Royaume-Uni en 2006 et en 2018 sur des ex-agents secrets russes.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !