•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un potager pour des jeunes de Val-du-Lac

Un panier de légumes contenant des carottes, des poivrons et des tomates.

Deux jeunes résidents du Centre Val-du-Lac montrent quelques légumes récoltés dans leur potager.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Lors du confinement, des jeunes du Centre jeunesse de Val-du-Lac ont eu l’idée d’avoir leur propre potager. Quelques mois plus tard, c’est l’heure des récoltes, et ils sont très fiers de ce qu’ils ont accompli.

Maxime* (nom fictif) s’est beaucoup investi dans ce projet. Lors du confinement, l’adolescent de 14 ans s’ennuie dans sa chambre. Lorsque l’intervenante Karine Quirion propose l’idée de faire un potager, il est l’un des premiers à répondre présent.

Je me suis occupé des semis dans ma chambre. Ensuite on a aménagé le potager et je les ai plantés et ça a commencé à pousser, explique le jeune homme, un brin modeste, mais très fier de ce qu’il a accompli avec ses amis. Certains ont embarqué et d’autres l’ont fait pour manger les légumes, lance-t-il, pince-sans-rire.

Un oiseau sur une fleur de tournesol.

Le potager comprend également des fleurs de tournesol.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

J’étais confiné et c’est l’une des occupations qui m’est venue à l’esprit.

Une citation de :Maxime* (nom fictif), résident du Centre jeunesse de Val-du-Lac

Maxime et ses amis ont déjà récolté plusieurs légumes comme des poivrons, des carottes, des cerises de terre, des concombres. À date, on a récolté au moins cinquante concombres. Avec Karine, on a fait des pots de cornichons, dit-il, un sourire aux lèvres.

Lorsque les tomates seront prêtes, l’adolescent compte bien les utiliser pour faire du ketchup maison. On va essayer des nouvelles recettes, poursuit-il.

Une citrouille verte dans le potager.

Les deux adolescents étaient très fiers de montrer le contenu de leur potager.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

J’ai vécu dans la nature et c’est cool de faire un jardin. [...] J’ai l’impression d’être en liberté. J’aime beaucoup cette sensation.

Une citation de :Maxime* (nom fictif), résident du Centre jeunesse de Val-du-Lac

Un travail d’équipe

Pour Karine Quirion, ce potager est le fruit d’un travail d’équipe entre les intervenants et les jeunes qui ont été impliqués à différents niveaux. Deux gars ont commencé les semis dans leur chambre. Ensuite, lorsqu’est venue l’étape de construire le potager, ça a interpellé d’autres jeunes qui avaient d’autres forces, d’autres intérêts, souligne-t-elle.

Alexandre* (nom fictif) a pour sa part construit avec l’aide d’un éducateur le bac dans lequel les carottes et les poivrons ont été plantés. Il s’est également chargé de l’arrosage du potager, le matin et le soir. J’ai toujours adoré faire du jardinage et j’ai toujours adoré manger des légumes, lance l’adolescent avec un sourire.

Des légumes dans un potager.

Le potager des jeunes du Centre jeunesse de Val-du-Lac.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Voir les légumes pousser, ça m’apporte le sentiment d’avoir accompli quelque chose.

Une citation de :Alexandre* (nom fictif), résident du Centre jeunesse de Val-du-Lac

Les deux jeunes espèrent bien reconduire l’expérience l’année prochaine. Selon Alexandre, un projet comme celui-ci permet aux jeunes d’apprendre des qualités comme la patience et le partage. On a partagé des légumes avec nos parents, avec des jeunes dans d’autres unités, explique-t-il.

Tous les deux sont d’ailleurs très heureux de partager le fruit de leur travail. Quand on vient m’en redemander, ça prouve qu’il les ont aimés. Ce que j’éprouve? De la fierté, laisse échapper Maxime, un panier contenant des produits de son potager à la main.

Un panier de légumes contenant des carottes, des poivrons et des tomates.

Un panier contenant des légumes récoltés dans le potager des jeunes de Val-du-Lac.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !