•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des campeurs inexpérimentés causeraient des problèmes en C.-B. et en Alberta

Une tente sur un terrain surplombant un lac.

Des campeurs expérimentés mettent en garde contre le manque de préparation.

Photo : iStock

Des campeurs inexpérimentés abandonnent leurs déchets et risquent des blessures et des conflits avec les animaux, avertissent des habitués du plein air de la Colombie-Britannique et de l'Alberta. BC Parks affirme surveiller la situation de près et répondre à la demande accrue.

Les vacances à l'étranger étant suspendues, les Canadiens explorent les grands espaces plus près de chez eux, mais ne les laissent pas toujours dans l’état où ils les ont trouvés.

Nous savons que les parcs de la Colombie-Britannique sont plus populaires que jamais, admet le ministère de l’Environnement de la province par courriel. Alberta Parks n’avait pas répondu aux demandes de Radio-Canada au moment de publier ce texte.

La plupart des campeurs [se comportent] très bien, dit Nick Frank, campeur de l'arrière-pays et président de la Nordegg Community Association de l'Alberta. Mais une minorité d'entre eux cause des problèmes, selon lui.

Nous voyons plus de déchets, explique-t-il, nous voyons des conflits avec les animaux. M. Frank donne l’exemple d’un ours noir qui a dû être abattu parce que quelqu’un n’a pas nettoyé ses ordures avant d’aller se coucher.

À l'heure actuelle, BC Parks n'est au courant d'aucun dommage environnemental majeur causé par une augmentation du nombre de visiteurs dans les parcs, indique le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique. Nous restons préoccupés par les effets potentiels sur l'environnement d'une utilisation excessive, précise-t-on.

Stephen Hui, auteur de 105 Hikes In and Around Southwestern British Columbia, dit que la situation augmente la pression sur les équipes de recherche et de sauvetage. Il cite l'exemple de 17 campeurs récemment bloqués à Widgeon Lake, dans le parc provincial Pinecone Burke, en Colombie-Britannique, lorsque l'hydravion qu'ils avaient affrété n'a pas pu revenir les chercher en raison du mauvais temps.

Il n'y a pas eu d'urgence, personne n'a été blessé. Ils étaient juste affamés et un peu misérables à cause du mauvais temps, déplore M. Hui.

Éducation et investissement dans les infrastructures

M. Frank souhaite que les campeurs reçoivent des avertissements en personne au début de leur randonnée.

Je pense que cela revient à un niveau localisé de partenariats au sein des provinces, imagine-t-il. On pourrait embaucher du personnel dans les zones de rassemblement pour expliquer les dangers du sentier qu'ils sont sur le point de prendre.

BC Parks fournit des informations aux visiteurs du parc sur le site Internet de BC Parks (Nouvelle fenêtre) et sur les panneaux d'information à l'entrée des parcs ainsi qu'à d'autres endroits dans les parcs sur une variété de sujets, affirme le ministère.

BC Parks dit mettre à jour son programme d'éducation, en développant des messages clés sur les loisirs et des produits éducatifs qui comprennent des vidéos, des publications sur les médias sociaux, des panneaux et des modules d'apprentissage en ligne.

M. Hui souhaite quant à lui un financement dédié à l'entretien des sentiers - en particulier les sentiers très populaires - et à un réseau plus large de sentiers disponibles pour que les gens puissent se disperser.

Le ministère rétorque que BC Parks a reçu 8,1 millions de dollars pour compenser les coûts liés à l'exploitation des parcs pendant la COVID-19 en mai 2020.

Quoi qu’il en soit, nous devons trouver une meilleure solution qui aide à protéger les personnes et l'environnement, selon Nick Franck.

Avec des informations de Padraig Moran, Alex Zabjek et Latifa Abdin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !