•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cégep : l'effet COVID-19 lié à une hausse des inscriptions en formation continue

Un des pavillons derrière un stationnement vide.

Le Cégep de Sainte-Foy avant la rentrée.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Érik Chouinard

La pandémie et l'offre de cours en ligne ont incité plusieurs travailleurs à se réorienter ou à se perfectionner, selon le Cégep Sainte-Foy qui constate une hausse marquée des inscriptions dans les programmes de formation continue, à l'instar d'autres cégeps de la région.

Les périodes de recrutement ne sont pas encore complètement bouclées, mais déjà les chiffres sont encourageants pour les institutions collégiales. Au Cégep de Sainte-Foy, il y a pour le moment une hausse de 25 % des inscriptions dans les programmes d’attestation d'études collégiales (AEC) et de diplôme d'études collégiales (DEC) accéléré.

Nous croyons que le contexte pandémique et les nombreuses mises à pied qui y sont liées, temporaires ou non, ont permis à plusieurs personnes de prendre la décision de se réorienter, ou encore simplement de se perfectionner, avance par courriel l’administration du cégep.

Le fait que la majorité des cours soient offerts à distance a sûrement contribué à faire augmenter les inscriptions, souligne-t-elle.

Dans les programmes de services aux entreprises, il y a une augmentation de 50 % des inscriptions pour les cours de perfectionnement depuis qu’ils sont offerts complètement en ligne, soit depuis le printemps dernier.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Pierre-Alexandre Bolduc dans la cafétéria du Cégep Sainte-Foy.

Le Cégep Garneau fait un constat similaire. La période de recrutement n’est pas non plus terminée pour ses programmes de formation continue mais, déjà, elle va bon train.

On est en avance par rapport à l’année passée. On a déjà 4 cohortes de confirmées sur 10 pour l’automne et certains programmes commencent seulement en novembre, affirme Hélène Aubin, coordonnatrice au développement institutionnel et aux communications du cégep.

Le phénomène est aussi observé dans les programmes plus courts à l'Université Laval. Il y a quand même un bon nombre d'étudiants et d'étudiantes qui sont à la recherche de formation pour améliorer leur qualification, c'est-à-dire des gens qui sont au travail ou en arrêt de travail et qui décident de venir faire des formations plus courtes, indique la rectrice Sophie D'Amours.

Selon elle, même si un certain engouement était déjà présent, l'arrivée de la COVID-19 l'a amplifié.

Une personne utilise une souris et un clavier d'ordinateur.

La possibilité de suivre des cours en ligne semble avoir motivé plusieurs inscriptions.

Photo : iStock

La formation régulière aussi

Une hausse des inscriptions est aussi observée dans les formations préuniversitaires et techniques des cégeps de la région, mais elle est moins marquée.

Le Cégep Garneau connaît la hausse la plus importante, avec près de 6 % de plus d’inscriptions. Il y a présentement 6269 étudiants inscrits, soit 361 de plus que l’an passé.

Je ne sais pas si on peut dire qu’il y a un engouement pour l’éducation, mais ça montre que les gens sont en action et veulent aller chercher des acquis.

Hélène Aubin, coordonnatrice au développement institutionnel et aux communications, Cégep Garneau
Des étudiants font la file devant la porte du cégep.

Le Cégep Garneau accueille à partir d'aujourd'hui ses premiers étudiants. Les cours commenceront ensuite officiellement le 28 août.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Au Cégep de Sainte-Foy, la hausse est plus faible. Les 173 étudiants de plus sur le total de 6550 ne représentent qu’une augmentation de 3 %.

Un taux semblable à ce qui est observé au Cégep de Beauce-Appalaches. Avec 1704 inscriptions pour la session d'automne, c’est une hausse de 3,5 %.

Le Cégep Limoilou est le seul des plus grands cégeps où il y a une diminution du nombre d’étudiants inscrits, passant de 3465 en 2019 à 3250 cet automne.

img2853

Des mesures particulières sont prises dans les cégeps pour éviter la propagation de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Rentrée imprévisible

Globalement, ces chiffres sont rassurants pour ceux qui craignaient une hausse des décrochages après le confinement.

Il faudra toutefois attendre que les dates limites d’abandon des cours soient passées pour avoir un portrait plus fiable. Est-ce qu’on va en perdre plus tard? C’est possible et c’est pour ça qu’il faut être prudent, remarque Hélène Aubin.

Le Cégep de Lévis-Lauzon n’a pas fourni ses données. Il a toutefois annoncé qu’il change de nom. Dorénavant, il sera appelé Cégep de Lévis.

Rappelons que la plupart des cégeps offriront un mélange de cours en classe et à distance. Dans la région, il n’y a qu’au Centre d'études collégiales en Charlevoix, situé à La Malbaie, où l’enseignement se donnera complètement sur place à ses 225 étudiants.

Avec la collaboration de Marie-Claire Giffard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !