•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nunavut : une association inuit discrète devant la vente d’une mine à une société chinoise

La mine d'or Doris North.

L’entreprise étatique chinoise Shandong Gold Mining souhaite acquérir la société minière TMAC Resources qui exploite depuis 2017 la mine d’or Doris North, dans l'ouest du Nunavut.

Photo : TMAC Resources

La Kitikmeot Inuit Association (KIA), qui représente les Inuit de l’ouest du Nunavut, est avare de commentaires quant à la vente possible de la mine d’or Doris North à l’entreprise chinoise Shandong Gold Mining. Une transaction qui pourrait se concrétiser d’ici la fin de l’année 2020.

L’entreprise étatique chinoise Shandong Gold Mining souhaite acquérir la société minière TMAC Resources, qui exploite depuis 2017 la mine d’or Doris North, située à environ 125 km au sud de Cambridge Bay.

Au mois de mai, les deux sociétés ont conclu une entente sur la future transaction qui, si elle se concrétise, s’élèvera à environ 230 millions de dollars. Les sociétés doivent cependant obtenir l’aval du gouvernement fédéral avant de conclure la vente.

KIA évite de se prononcer

La décision au sujet de la vente est actuellement entre les mains d’Investissement Canada, et nous devons respecter leur processus confidentiel, a dit jeudi le président de KIA, Stanley Anablak, par voie de communiqué. Son association représente les Inuit de cinq communautés du Nunavut.

Nous allons connaître leur décision au même moment que tout le monde, ce que nous attendons patiemment, a-t-il ajouté.

KIA affirme que des bénéficiaires inuit [leur] ont exprimé leurs inquiétudes à l’égard de la vente, sans toutefois préciser la nature de leurs préoccupations.

Stanley Anablak a indiqué que le territoire concerné appartenait aux Inuit et qu’ils devront être en mesure de tirer un maximum de bénéfices de cette transaction.

L’association n’a pas souhaité nous accorder d’entrevue pour préciser si elle soutiendrait la vente.

Si la vente se concrétise bel et bien, Shandong Gold Mining s’est engagée à attribuer des contrats à des entreprises locales et inuit.

Dans un échange de courriels, le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique a confirmé que la proposition d’acquisition de TMAC Resources par Shandong Gold Mining faisait toujours l’objet d’un examen aux termes de la Loi sur Investissement Canada.

Selon le gouvernement fédéral, les non-Canadiens qui acquièrent le contrôle d'une entreprise canadienne existante ou qui désirent créer une nouvelle entreprise au Canada sont assujettis à cette loi et ont l’obligation de déposer un avis ou une demande d'examen.

Processus déjà en marche

Même si elle n’a pas encore reçu le feu vert du gouvernement canadien, Shandong Gold Mining prépare déjà le terrain pour la suite des choses.

Le 13 août, l’entreprise chinoise a annoncé qu’elle avait nommé l’ancien vice-président principal et chef des opérations de la minière Barrick Gold, Mark Wall, comme directeur de Streamers Gold Mining Corporation Limited, sa filiale en propriété exclusive au Canada.

Ottawa n’a pas précisé quand sera achevé son examen de la transaction.

TMAC Resources entrevoit la conclusion de la vente pour troisième trimestre de 2020. Mais elle pourrait s’étendre jusqu’au premier trimestre de 2021, a indiqué la société dans un communiqué de presse le 13 août.

Au mois de juin, les actionnaires de la société ont approuvé la transaction à 97,1 %, soit bien au-delà des deux tiers requis pour qu’elle aille de l’avant.

Plusieurs pépites d'or.

La production minière, particulièrement celle de l'or, est une importante source de revenus pour le Nunavut.

Photo : iStock

La production d’or est la principale source des revenus miniers au Nunavut. En 2019, Ressources naturelles Canada estimait à plus de 1 milliard de dollars les revenus miniers bruts du territoire.

Les communautés du territoire n’ont toutefois pas toujours pu tirer les bénéfices de ces activités minières florissantes, notamment en 2018, lorsque TMAC Resources n’a pas atteint ses objectifs en matière d’embauche d’employés inuit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !