•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Grande Bibliothèque réintègre le journal de Gabriel Matzneff à sa collection

Plan rapproché de M. Matzneff

L'écrivain Gabriel Matzneff le 10 avril 2014 à Paris

Photo : Getty Images / AFP / JACQUES DEMARTHON

Angie Landry
Dominic D. Matthews

Après avoir été temporairement retirés, les exemplaires du journal de l’auteur Gabriel Matzneff, dont les pratiques pédophiles ont été dénoncées par l’autrice Vanessa Springora dans son livre Le consentement, reviennent sur les tablettes de la Grande Bibliothèque.

Le directeur général de la Grande Bibliothèque, Martin Dubois, a confirmé l’information à Radio-Canada jeudi après-midi.

Les titres de l’écrivain, indisponibles depuis plusieurs mois en raison des allégations à son égard, ont fait l’objet d’une évaluation l’hiver dernier par une équipe de bibliothécaires professionnels, peut-on lire dans la déclaration de Martin Dubois, envoyée par courriel.

La fermeture des édifices de [Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)] en raison de la pandémie étant survenue entre-temps, nous avons choisi d’attendre la réouverture progressive de la Grande Bibliothèque pour les réintégrer, ajoute-t-il.

Les titres sont de nouveau accessibles depuis le 17 août dernier.

Une question de « neutralité », dit BAnQ

Le directeur général de l’organisation affirme que BAnQ  a pris cette décision entre autres parce qu’elle adhère aux grands principes sur la liberté intellectuelle énoncés et mis de l'avant par les organismes internationaux et les principales associations œuvrant dans le domaine documentaire.

BAnQ ne se substitue pas au jugement de ses usagers et les laisse libres d’accéder, d’emprunter, de lire et de se forger leur propre opinion sur un sujet.

Une citation de :Martin Dubois, directeur général de la Grande Bibliothèque

Selon Martin Dubois, à titre de bibliothèque publique, BAnQ est en position de neutralité par rapport aux livres et ouvrages qu’elle diffuse dans sa Collection universelle.

Rappelons que l'éditeur français Gallimard a annoncé en janvier l'arrêt de la commercialisation du journal de l'écrivain Gabriel Matzneff, alors visé par une enquête pour viols sur mineur et mis en cause dans le livre de Vanessa Springora.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !