•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nemaska Lithium : « Une patente à gosses », selon Pierre Fitzgibbon

Le terrain de l'usine Nemaska Lithium à Shawinigan.

Le terrain de l'usine Nemaska Lithium à Shawinigan

Photo : Nemaska Lithium

Pierre Marceau

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation a utilisé une image forte pour décrire l’état de situation de Nemaska Lithium qui a construit une usine pilote de transformation de lithium à Shawinigan dans l’ancienne usine Laurentides.

Lors d’un comité sur l’étude des crédits à Québec, le ministre a été interrogé par le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, sur la situation de l’entreprise.

Selon le ministre, certains actionnaires tiraient des avantages indus en regard de leur investissement notamment en recevant des rabais allant jusqu’à 60 % du prix du lithium purifié à Shawinigan. C’est une patente à gosses, a déclaré Pierre Fitzgibbon.

Visiblement exaspéré, mais surtout déçu par toute cette saga, le ministre Fitzgibbon a rappelé que le montage financier de Nemaska comportait de nombreuses failles, dont le fait que l’entreprise en 2019 avait besoin de 400 millions de dollars supplémentaires pour poursuivre ses opérations.

J’ai fait le tour du monde pour trouver qui était prêt à venir investir dans la patente à gosses et personne ne s’est présenté.

D'ici les prochains jours, un juge devrait trancher sur l'avenir de l'entreprise qui s’est placée à l’abri de ses créanciers en décembre 2019. Le juge devra décider comment seront répartis les actifs si aucun investisseur ne se manifeste.

Il manquerait maintenant un milliard de dollars pour compléter le projet d’usine à Shawinigan et mettre en fonction la mine Whabouchi dans le Nord-du-Québec. Est-ce que le gouvernement du Québec va mettre un milliard dans ça? La réponse est non, a martelé le ministre.

Les petits investisseurs floués?

Selon le ministre, des milliers de petits investisseurs se sont lancés dans l’achat d’action de Nemaska au moment où les institutions financières qui détenaient 70 % des actions quittaient le navire.

Au deuxième trimestre de 2019, Nemaska a annoncé qu’elle aurait besoin d'au moins 375 millions de dollars pour poursuivre les activités. Pierre Fitzgibbon affirme que c’est à ce moment que l’histoire prend une tournure dramatique.

Quand l’émission de nouvelles actions s’est faite, il y avait environ 70 % d’institutions financières et c’est là que la chaîne du bicycle a débarqué. Les institutions avaient déjà tout vendu. Et, qui a acheté? Les particuliers. C’est triste.

Avenir incertain pour la mine Whabouchi

Par ailleurs, le ministre estime que la mine Whabouchi a peu de chances d’être relancée en raison du prix très bas du lithium sur les marchés internationaux.

Cette mine située au nord de Chibougamau représentait la principale source d’approvisionnement en lithium pour l’usine de Shawinigan. Il vaudrait mieux acheter le minerai sur les marchés internationaux et un jour on repartira la mine, analyse le ministre.

Pierre Fitzgibbon s’est engagé à rendre publique, dans la foulée du jugement entourant la faillite de Nemaska, la vision d’ensemble du gouvernement québécois quant à son intention de développer une filière industrielle de fabrication de batteries.

On a un pitch de vente qu’on présente un peu partout dans le monde et qui est très bien fait. Quand on va voir Nemaska et ce qui va arriver [...] d’expliquer le plus clairement possible la vision du gouvernement, a conclu le ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !