•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'élèves risquent d'arriver à l'école le ventre vide cet automne

On voit des boites de jus et des mains en gros plans.

Plus de familles risquent de demander l'aide du Club des petits déjeuners cette année.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Club des petits déjeuners qui dispense gratuitement des déjeuners dans les écoles estime qu'un élève sur trois va se présenter en classe cet automne, sans avoir mangé.

La proportion était de un sur quatre l'année dernière, mais les difficultés économiques causées par la pandémie font que davantage de parents n'arrivent pas à nourrir leurs enfants correctement.  

La pandémie a eu des impacts sérieux sur plusieurs familles en termes de revenu et ça a mis en évidence le fait qu'encore plus de familles vivent en situation d'insécurité alimentaire.

Marie-Josée Lapratte, codirectrice nationale des programmes

À Sherbrooke, les écoles primaires Jean XVIII, Sylvestre, Larocque et Quatre-vents offraient ce service à leurs élèves l'an dernier. L'école secondaire Le Phare faisait aussi partie du programme.

On vient de se remettre au travail avec les équipes-écoles. On observe une augmentation de 20 % des enfants dans les écoles qu'on accompagnait déjà, souligne Marie-Josée Lapratte.

Selon Claudine Dessureault, conseillère à l’accompagnement des programmes pour le Club des petits déjeuners, l'insécurité alimentaire pourrait toucher jusqu'à un enfant sur trois dès cet automne. une situation qu'elle juge inquiétante.

Oui, c'est présent, on le sent et on l'entend. Nous de notre côté, on veut être en mesure de répondre à cette augmentation, pour ne pas avoir à refuser la part aux écoles.

Une situation qui est similaire à celle de l'école Marie-Reine, de Sherbrooke.

La situation qu'on vit actuellement, fait en sorte que plusieurs familles sont dans le besoin. Le nombre de familles est élevé, environ 10 % [de la clientèle de l'école].

Linda Pagé, directrice de l'école Marie-Reine

Préparation en vue d'une deuxième vague

Le Club soutient, par ailleurs, qu'il ne va pas abandonner les élèves même si une éclosion forçait la fermeture de certaines classes. Des repas froids, dans des portions individuelles, seront servis en classe à la rentrée pour s'adapter aux mesures sanitaires.  

[On a des appels] d'écoles qui n'ont pas le programme des petits déjeuners et qui nous demandent comment on fait pour le mettre en place.

Marie-Josée Lapratte, codirectrice nationale des programmes

Selon l'organisme, un million d'enfants allaient à l'école le ventre vide au Canada l'an dernier. Avec la pandémie, ce nombre pourrait grimper à deux millions d'écoliers. 

Le Club des petits déjeuners a par ailleurs lancé une campagne de financement pour assurer la croissance de ses besoins. L'organisme espère récolter 10 millions de dollars.

À l'heure actuelle, 424 écoles au Québec ont implanté le programme des Petits déjeuners dans leurs établissements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !