•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19, grippe et rhume : des médecins s'attendent à une surcharge virale

Une photo montrant une femme en train de se moucher.

Les gestes barrières entrés dans le quotidien pendant la pandémie pourraient aider à réduire la propagation des épidémies de grippe et de rhume ces prochains mois.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Des spécialistes prévoient que la conjonction de la pandémie de COVID-19, de la saison du rhume et de celle de la grippe pourrait entraîner une nouvelle série de problèmes de santé publique lorsque la saison froide s'installera.

Le Dr Sandy Buchman, président de l'Association médicale canadienne, affirme que la convergence des infections saisonnières avec une potentielle seconde vague du nouveau coronavirus pourrait avoir des répercussions sur le système médical.

Ce sera un défi majeur que les médecins de famille devront démêler, prévoit le médecin de famille torontois.

Allons-nous être en mesure de gérer et d'obtenir le type de soutien nécessaire?

Confusion entre les maladies

Le Dr Buchman dit qu'il existe des similitudes importantes entre les symptômes de la COVID-19 et ceux d'un rhume ou d'une grippe, y compris la toux, la congestion et les courbatures.

Ce chevauchement de symptômes peut rendre difficile pour les médecins de distinguer les reniflements dus à la COVID-19, selon lui, et le seul moyen de savoir avec certitude est de tester massivement.

Un homme aux cheveux gris.

Le Dr Sandy Buchman, président de l’Association médicale canadienne

Photo : Association médicale canadienne

Mais il craint que les centres de dépistage ne soient surchargés cet hiver par une augmentation probable des fausses alarmes et des cas de COVID-19.

Nous avons une grande capacité [de tests] que nous avons développée, mais nous devons vraiment la renforcer, déclare-t-il.

En ce moment, nous sommes dans une assez bonne situation, mais cela peut changer en un instant.

Le Dr Sandy Buchman, médecin et président de l'Association médicale canadienne

Les médecins de premier recours auront besoin du soutien des autorités de santé publique pour guider les patients sur la façon de procéder s'ils ont des symptômes de la COVID-19, indique-t-il.

Par exemple, alors que l'école reprend cet automne, il se demande si les cours doivent être suspendus pendant qu'un élève qui tousse attend ses résultats de dépistage du nouveau coronavirus.

Le fédéral en soutien aux capacités des hôpitaux

L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, Theresa Tam, a déclaré la semaine dernière que les autorités renforcent leurs capacités de tests et de traçage des cas à l'approche de la saison du rhume et de la grippe.

L'agence fédérale aide les hôpitaux à se préparer à un afflux de patients atteints de la grippe et d'autres maladies respiratoires, qui pourraient faire pression sur les salles d'urgence, les unités de soins actifs et la disponibilité des lits.

Photo de la Dre Tam en conférence de presse.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Selon elle, la prévention de la grippe serait la clé pour éviter cette charge sur les ressources médicales, et de nombreuses provinces poussent les gens à se faire vacciner.

La vaccination contre la grippe plus populaire cette année?

Une étude récente de l'Université de la Colombie-Britannique tend à montrer que la pandémie pourrait motiver plus de parents à faire vacciner leurs enfants contre la grippe saisonnière.

L'enquête auprès de 3000 familles du Canada, des États-Unis, du Japon, d’Israël, d'Espagne et de Suisse indique que 54 % des parents prévoyaient faire vacciner leurs enfants, soit 16 points de pourcentage de plus que l'année dernière.

Un vaccin est appliqué sur un bras.

Le vaccin serait le bon choix pour prévenir la grippe.

Photo : Radio-Canada / JEAN-FRANÇOIS POUDRIER

Le Dr James Dickinson, professeur de sciences de la médecine familiale et de la santé communautaire à l'Université de Calgary, affirme qu'il y a des raisons de croire que les précautions induites par une pandémie pourraient aider à contenir la propagation des infections saisonnières.

Selon lui, l'hémisphère sud a connu une saison du rhume et de la grippe moins active cet hiver en partie grâce à des habitudes d'hygiène prises au cours de la crise sanitaire telles que de se laver les mains, de porter des masques et d'appliquer la distanciation physique.

Il est difficile de prédire si ces changements de comportement auront un effet comparable au Canada, car de nombreux lieux publics rouvrent.

Les écoles, de véritables boîtes de Petri

Les écoles en particulier sont des boîtes de Petri [ces boîtes utilisées en microbiologie pour la mise en culture de bactéries] pour la circulation de la grippe et d'autres virus, soutient James Dickinson.

Compte tenu de cette incertitude, il est d'autant plus important que les Canadiens se fassent vacciner contre la grippe tout en travaillant à aplatir la courbe COVID-19, selon le chercheur.

Évitons d’avoir deux courbes. Gardons au moins la grippe sous contrôle, dit-il

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !