•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une alerte d’urgence lancée pour retrouver une adolescente du Cap-Breton

L'écusson de la GRC sur l'épaule d'une agente.

L'écusson de la Gendarmerie royale du Canada sur l'épaule d'une agente.

Photo : Reuters / Shannon VanRaes

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a lancé une alerte d’urgence la nuit dernière dans le cadre de ses recherches visant à retrouver une jeune de 14 ans.

La Première Nation We'koqma'q, dont l’adolescente est issue, demandait aux autorités de lancer une alerte Amber.

Le système d’alerte Amber informe le public des plus récents renseignements sur l’enlèvement d’enfants à l’aide de messages transmis à des appareils sans fil, à la télévision et à la radio. Le système d’alerte d’urgence a une moins grande portée.

L'adolescente a été vue pour la dernière fois le 13 août à Eskasoni.

L’alerte d’urgence en donne la description suivante : une adolescente autochtone mesurant 1 m 55 (5 pi et 1 po) et pesant environ 45 kg (100 livres). Elle a une rose tatoué sur l’avant-bras gauche et peut porter des lunettes.

Les autorités croient qu’elle est en compagnie de Darcy Doyle, un homme de 47 ans mesurant environ 1 m 82 (6 pieds) et pesant environ 86 kg (190 livres). Il a une longue chevelure noire, des yeux bruns, une barbe et une moustache.

Les policiers croient qu’ils se trouvaient tous les deux dans la région du lac Canoe, dans le sud-est du Cap-Breton, mercredi, vers 19 h, et qu’ils circulaient dans un véhicule tout-terrain vert.

La GRC demande aux gens qui les apercevaient de communiquer avec elle.

Un conseiller de la Première Nation We'koqma'q, Steven Googoo, a déclaré mercredi que la collectivité a demandé à la GRC de lancer une alerte Amber. La GRC a expliqué qu’elle ne pouvait faire cela, parce que l’affaire ne correspond pas aux critères d’une telle alerte.

Pour une alerte Amber, il faudrait que la personne soit enlevée, mais dans le cas présent, en raison de son âge et de sa volonté de coopérer, la jeune fille n’a pas été victime d’un enlèvement ce jour-là, selon la gendarme Lisa Croteau.

Les policiers peuvent toutefois donner un nouvel angle à leur enquête s’ils reçoivent de nouveaux renseignements, a-t-elle ajouté.

Selon des documents de la cour, Darcy Doyle doit comparaître en cour le mois prochain pour des accusations d’agression. Il a déjà été condamné avant 2006 pour des accusations en matière d’agression, de vol et d’armes.

Il a aussi été interdit de séjour dans la Première Nation We'koqma'q.

Le conseil de bande offre une récompense de 5000 $ pour tout renseignement qui mènerait à la retrouver, a indiqué Steven Googoo.

M. Googoo affirme que Darcy Doyle a été le beau-père de la jeune fille et que la famille craint qu’il n'ait manipulé l'adolescente pour qu’elle parte avec lui.

La GRC demande à toute personne qui aurait des renseignements sur cette affaire de communiquer avec son détachement à Eskasoni, au 902 379-2822.

Avec les renseignements de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.