•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inclusion de nouvelles disciplines dans le traitement de l’obésité

Une femme regarde la mer qui s'étend devant elle.

C'est la première fois que les nouvelles lignes directrices de l'organisme Obésité Canada comportent des conseils formulés par des ergothérapeutes et des physiothérapeutes.

Photo : Getty Images / ozgurdonmaz

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour la première fois, les lignes directrices publiées par l'organisme Obésité Canada et l'Association des médecins et chirurgiens bariatriques font appel à l'expertise d'ergothérapeutes et de physiothérapeutes.

Cette nouvelle approche est une façon pour les médecins de famille, à qui le guide est destiné en priorité, d'adapter les traitements prescrits aux personnes qui sont atteintes d'obésité et de prendre en compte, notamment, leur environnement.

Ça rentre dans le cadre de cette approche multidisciplinaire qu’on souhaite proposer pour le traitement de l’obésité, affirme Laurent Biertho, chirurgien à l’Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec et ancien président de l'Association canadienne des médecins et chirurgiens bariatriques.

Il estime que l'ajout d'un chapitre écrit par des ergothérapeutes et des physiothérapeutes canadiens montre le chemin parcouru sur la discrimination qui entoure pourtant toujours la maladie.

Pour lui, il s'agit aussi de remettre au goût du jour les lignes directrices destinées aux professionnels de la santé, dont les dernières remontent à 2006. Une approche davantage centrée sur le patient et qui tente de faire reconnaître l’obésité comme une maladie en tant que telle, pas un problème auto-infligé d’habitudes de vie, explique le chirurgien.

« Cela montre que l’obésité ne touche pas qu’un seul organe, c’est vraiment du cerveau au gros orteil, cela touche tous les organes possibles du corps humain. »

— Une citation de  Laurent Biertho, chirurgien à l’Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec

Ces lignes directrices seront mises à jour de façon progressive, notamment si un nouveau domaine ou une nouvelle publication importante apparaît, croit le chirurgien.

Une approche personnalisée

La Dre Mary Forhan a participé à la rédaction du guide. Ergothérapeute, elle a reçu et traité des patients atteints d'obésité pendant environ 18 ans, avant de quitter sa clinique en Ontario et de venir enseigner à l'Université de l'Alberta.

Elle affirme qu’après avoir longtemps travaillé avec des médecins, des psychologues, des diététiciens et des chirurgiens ceux-ci ont vu l’apport de sa discipline.

Nous, ce que nous souhaitons voir, c'est une approche plus personnalisée, qui va prendre en compte les besoins des personnes atteintes d'obésité, et non plus juste leur recommander de faire plus d'activité et de moins manger, dit-elle.

Selon elle, cette approche n'aurait pas pu exister il y a 15 ou 20 ans, à cause des préjugés qui entourent la maladie. Aujourd'hui, en l'enseignant à ses étudiants, elle souhaite la voir se répandre et évoluer. Elle dit déjà constater un changement des mentalités, même si elle estime, tout comme le Dr Biertho, qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !