•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

500 préposés formés en accéléré bientôt diplômés à Québec

Une femme aide une autre femme à sortir d'une baignoire en utilisant un lève-personne.

Le Centre de formation professionnelle Fierbourg forme de futurs préposés aux bénéficiaires.

Photo : Radio-Canada / Valérie Gamache

Le Centre de formation professionnelle Fierbourg pourra bientôt dire « mission accomplie ». Dans moins d’un mois, près de 500 préposés aux bénéficiaires formés en un temps record par l’établissement de Québec seront prêts à venir prêter main-forte au personnel du réseau de la santé.

Les élèves de Fierbourg ont entamé leur formation rémunérée le 15 juin, quelques jours à peine après que le gouvernement Legault a annoncé son intention de former et recruter 10 000 préposés aux bénéficiaires d’ici l’automne en prévision d’une deuxième vague de la COVID-19.

En l’espace de deux semaines, le centre de formation professionnelle situé sur la rue de la Sorbonne a mis sur pied un programme d’attestation d’études professionnelles (AEP) de trois mois.

C’était un besoin, c’était une nécessité. Il fallait agir. Il fallait, comme société, faire des choix et permettre d’avoir rapidement des gens supplémentaires dans le réseau durant la période estivale, mais aussi en prévision d’une deuxième vague, raconte en entrevue à l’émission C’est encore mieux l’après-midi la directrice de Fierbourg, Mélissa Laflamme.

On est très fier d’avoir contribué à ce beau projet, ce beau grand défi de société.

Mélissa Laflamme, directrice du Centre de formation professionnelle Fierbourg

Sur les 537 candidats qui se sont inscrits au programme d’AEP à la fin du printemps, on ne compte jusqu’ici que 45 abandons.

Des adultes portant un masque se désinfectent les mains dans une salle de classe.

Les aspirants préposés aux bénéficiaires auront bientôt complété leur formation en accéléré.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Mélissa Laflamme reconnaît que le salaire annuel d'environ 49 000 $ promis aux candidats à la fin de leurs études a contribué au nouvel engouement pour la profession de préposé aux bénéficiaires.

Rôle revalorisé

La directrice ajoute toutefois que la revalorisation du métier depuis le début de la pandémie a joué un rôle tout aussi, sinon plus important.

Le préposé aux bénéficiaires, c’est une personne tellement importante et au coeur de l’activité qui se passe avec le patient, avec le client. Ce n’est pas seulement des actes de déplacement ou d’hygiène, etc., mais bien une relation aidante [...] et ça, je pense qu’avec cette situation de COVID, on a tous été conscients de l’importance de ce rôle-là , confie Mélissa Laflamme.

Les futurs préposés aux bénéficiaires ont récemment délaissé les locaux du centre Fierbourg pour amorcer la portion pratique de leur programme.

Ils ont été répartis dans 22 CHSLD et 6 établissements privés conventionnés de la région.

Leur formation se termine le 15 septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !