•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Higgs n'écarte pas l'idée de revoir les exigences linguistiques de la fonction publique

Blaine Higgs descend d'un autobus.

Blaine Higgs est arrivé à Moncton mercredi matin en portant un masque aux couleurs du drapeau de la province. Il a présenté son plan en matière de relance économique.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Marie-Ève Brassard

Le chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, ne rejette pas la proposition de l’Alliance des gens visant à modifier les exigences linguistiques de bilinguisme pour les fonctionnaires de la province.

Interrogé à ce sujet en conférence de presse à Moncton mercredi matin, le chef progressiste-conservateur a répondu que même si ce n’était pas dans ses plans pour l’instant, il ne savait pas s’il allait modifier le niveau de bilinguisme requis à l’embauche de fonctionnaires dans la province, critiquant au passage les tests de langue administrés par la province, qualifiant leur résultat d’aléatoire.

Présentation de candidats francophones

Cette déclaration survient après que le chef eut présenté des candidats francophones importants pour la prochaine campagne électorale.

Daniel Allain doit faire face à la députée sortante Monique LeBlanc dans la circonscription de Moncton-Est.

Mathieu Caissie, qui s’est porté candidat à la présidence de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) et qui est correspondant national du Nouveau-Brunswick auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie, se présente dans Baie-de-Shediac-Dieppe contre le désormais libéral Robert Gauvin.

Puis, Kevin Haché, le maire de Caraquet, se porte à nouveau candidat pour le Parti progressiste-conservateur dans la circonscription de Caraquet. Il avait été défait en 2018 par Isabelle Thériault.

Une priorité de l'Alliance des gens

Ce n’est pas la première fois que Blaine Higgs accepte de mettre cet acquis linguistique sur la table, puisque dans la version de l’entente proposée aux différents partis pour repousser la tenue d’une élection, un paragraphe visait précisément ces exigences.

Ainsi, si l’entente avait été signée telle quelle, le parti de Blaine Higgs se serait engagé à entreprend[re] un examen de toutes les normes, structures, tests et autres protocoles provinciaux associés aux tests de compétences linguistiques dans les deux langues officielles de la province pour tous les postes gouvernementaux et liés au gouvernement, l’embauche et les promotions afin d’assurer leur cohérence, leur équité et leur application.

La proposition de revoir le critère de bilinguisme avait été apportée à la table des négociations par l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick.

Pour ou contre une modification des exigences linguistiques?

Daniel Allain, ancien président et chef de direction d'Alcool NB et conseiller général de la Ville de Dieppe depuis 2016, se dit fier d’être Acadien.

Daniel Allain, le 19 août 2020.

Daniel Allain est candidat pour le Parti progressiste-conservateur dans la circonscription de Moncton-Est.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Le premier ministre a été clair tantôt : il n’y aura pas de changement tout de suite. Donc, pour moi, la question est close. On a eu des acquis déjà. On travaille avec une fonction publique qui est bilingue, qui a des exigences déjà, lance le candidat.

M. Allain refuse cependant de se positionner quant à d'éventuels changements aux exigences linguistiques en répétant que, pour tout de suite, c’est non [...] Je travaille pour les gens de Moncton-Est. C’est ça, ma priorité. Pour tout de suite, il faut travailler sur les dossiers de la pandémie pour ramener des jobs, croit-il.

Mathieu Caissie est quant à lui sans équivoque. Lorsqu’on lui demande s’il serait d’accord avec une modification des exigences linguistiques, il répond clairement non [...] il ne faut aucun recul en matière de langues officielles. Il affirme que, s’il est élu, il sera un fervent défenseur de la langue française et qu’il veut bien expliquer les raisons pour lesquelles on ne doit jamais régresser en termes de nos acquis linguistiques.

Mathieu Caissie, le 19 août 2020.

Mathieu Caissie se présente dans la circonscription de Baie-de-Shediac-Dieppe pour le Parti progressiste-conservateur.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Selon le candidat, la déclaration de mercredi matin de Blaine Higgs à ce sujet rappelle qu’il est important pour les Acadiens d’avoir une voix forte à l’intérieur du Parti progressiste-conservateur. Il faut des Acadiens à la table qui peuvent expliquer à la majorité anglophone pourquoi c’est [le bilinguisme officiel] important.

Kevin Haché en complet cravate en entrevue.

Kevin Haché se présente dans la circonscription de Caraquet pour le Parti progressiste-conservateur.

Photo : Radio-Canada

Kevin Haché abonde dans le même sens que M. Caissie. Il faut des francophones forts autour de la table avec lui [Blaine Higgs], affirme l’actuel maire de Caraquet. Il veut jouer le rôle de contrepoids pour éviter que ce ne soit que des anglophones qui se retrouvent autour de la table pour prendre les décisions.

Selon lui, M. Higgs a fait des efforts pour apprendre à mieux parler français. Si je suis assis autour de la table, je vais lui dire que, pour moi, ça ne fait pas de sens [de réduire les exigences linguistiques]. Si je me rends à Fredericton, je veux être capable d’être servi dans ma langue, a déclaré M. Haché.

Des mesures de relance économique

Blaine Higgs a aussi profité de son passage à Moncton pour réitérer son engagement dans la relance des entreprises néo-brunswickoises pendant et après la pandémie.

Aucun investissement supplémentaire n’est toutefois prévu comparativement à ce qui est inscrit dans le budget en mars 2020. Il s'agit principalement d’un plan en cours d’élaboration chez Opportunités NB.

Blaine Higgs a promis un soutien de cette agence envers les entreprises de partout dans la province pour les aider à faire une transition vers un mode d’affaires numérique. Nous devrons apprendre à vendre en ligne, à nous servir de meilleures stratégies et à promouvoir la marque de notre province sur les médias sociaux, a-t-il souligné.

Le chef progressiste-conservateur a aussi proposé, toujours par le biais d’Opportunités NB, d’aider les entreprises, particulièrement les fabricants, à améliorer leur productivité. Il est question d’employer la robotique ou l’intelligence artificielle dans certains cas ou d’utiliser plus efficacement les technologies existantes dans d’autres cas.

Le chef progressiste-conservateur a réitéré sa volonté de modifier les politiques d’approvisionnement pour favoriser les entreprises de la province afin qu’elles décrochent plus souvent des contrats publics, mais sans contrevenir aux accords commerciaux.

Une stratégie à ces fins a été annoncée dans le discours du Trône de l’automne 2019 et elle remporte déjà du succès, selon M. Higgs. Il a affirmé que le taux moyen de succès des entreprises de la province qui font une soumission à des contrats publics du gouvernement provincial a déjà augmenté de 50 % à 80 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !