•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Masai Ujiri des Raptors dépose une poursuite à la suite d'un incident en finale

Deux hommes enlacés entourés de photographes et de caméramans.

Le président des Raptors arrive sur le terrain avec Kyle Lowry après la victoire des Raptors lors du sixième match de la finale de la NBA, en juin 2019.

Photo : Associated Press / Tony Avelar

Radio-Canada

Le président des Raptors de Toronto, Masai Ujiri, a intenté une poursuite civile à la suite d'un procès intenté par un agent des forces de l'ordre dans la foulée d'une altercation survenue lors de la finale de la NBA, en juin dernier.

L'action en justice d'Ujiri a été déposée, mardi, devant le tribunal de district américain d'Oakland, en Californie.

Les Raptors ont révélé dans un communiqué qu'une vidéo déposée avec la contre-poursuite prouvait qu'Ujiri n'était pas l'agresseur dans l'altercation lorsque l'équipe a remporté le titre de la NBA en juin dernier au Oracle Arena.

L'adjoint du shérif du comté d'Alameda, Alan Strickland, un agent des forces de l'ordre en Californie, est visé par la poursuite. Ujiri, les Raptors, le propriétaire des Raptors, Maple Leaf Sports and Entertainment, et la NBA, sont inscrits comme défendeurs dans le procès de Strickland.

L'entraîneur des Raptors, Nick Nurse, prétend que la vidéo est explicite.

Une vidéo montre l'altercation

La nouvelle séquence vidéo semble montrer que le président des Raptors de Toronto a été bousculé deux fois avant de repousser un policier américain, alors qu'il tentait de se rendre sur le terrain après que son équipe eut remporté le championnat de la NBA en juin 2019.

Les images de l'altercation ont d'abord été diffusées par FOX KTVU 2 mardi soir, puis confirmées par CBC News.

La vidéo montre M. Ujiri qui tente de se diriger vers le terrain après la victoire des Raptors dans le match six contre les Warriors de Golden State (remporté 114-110 par les Torontois) à l’Oracle Arena, à Oakland, en Californie.

L’agent de police, Alan Strickland, utilise son bras afin d'arrêter le dirigeant pour, semble-t-il, s'assurer qu'il avait les accréditations nécessaires.

Alors que Masai Ujiri essaie de passer, l’agent bouscule le quinquagénaire. Les deux hommes semblent ensuite échanger quelques mots. L'agent Strickland pousse alors à nouveau le président de la franchise torontoise, qui riposte en le repoussant à son tour.

L'altercation est interrompue à ce moment-là par des spectateurs. Masai Ujiri est escorté sur le court, où il rejoint le joueur des Raptors Kyle Lowry.

La chaîne FOX KTVU 2 indique que les vidéos qu'elle a obtenues représentent trois séquences montées qui durent 6 minutes 20 secondes.

La version d'Ujiri

L’extrait publié semble appuyer la version du président des Raptors, qui a déposé en mars 2020 un document devant une cour de district de la Californie à la suite d’une poursuite judiciaire intentée le 10 février par Alan Strickland et son épouse, Kelly. 

M. Ujiri y soutient que M. Strickland l'a repoussé de force une fois, puis une seconde fois alors qu'il tentait de se frayer un chemin sur le terrain pour célébrer la conquête du titre avec son équipe. Le document indique également qu'il n'a réagi physiquement qu'après la réaction initiale de Strickland.

Le couple Strickland réclame 75 000 $ en dommages, ainsi que d'autres compensations, dont des dommages punitifs, le salaire perdu et les coûts judiciaires.

Dans un communiqué publié mardi, les Raptors ont continué de soutenir leur président.

Nous sommes conscients que la question est toujours devant les tribunaux, mais nous avons toujours soutenu que les allégations formulées contre Masai sont totalement dénuées de fondement. Nous pensons que cette preuve vidéo montre exactement cela - Masai n'était pas un agresseur, mais était plutôt la victime de deux actions très violentes et injustifiées.

Avec les informations de CBC, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !