•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un 6e tournoi de la Fondation Pat Burns, malgré la pandémie

Huit membres de la Fondation portent des masques et tiennent chacun un bateau de golf.

La Fondation Pat Burns s'active pour tenir son 6e tournoi de golf le 11 septembre, en dépit de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

La Fondation Pat Burns tiendra comme prévu son 6e tournoi de golf le 11 septembre, au club Le Sorcier de Gatineau. Une perspective qui réjouit le président de l’organisme qui ne croyait pas être en mesure d’organiser l’événement au plus fort de la pandémie.

Pour être honnête, il y a un bout pendant lequel je ne croyais pas qu’on allait avoir un tournoi de golf cette année. Juste d’être capable de le faire, c’est encourageant, a expliqué en conférence de presse mardi Jason Burns, le fils du célèbre entraîneur qui a donné son nom à la fondation.

Si les gens n’ont plus d’argent à te donner, la fondation arrête. Donc oui, j’ai eu des inquiétudes.

Jason Burns, président de la Fondation Pat Burns

L'organisation a cependant dû changer ses plans par rapport aux années précédentes pour respecter les nouvelles normes sanitaires. Le nombre de golfeurs passera ainsi de 216 à 140 et les départs qui se faisaient simultanément seront espacés.

L’objectif financier de l’événement a aussi été revu à la baisse pour refléter ces changements. C’est sûr que cette année, on s’attend à un revenu un peu plus faible et c’est calculé comme ça, a précisé Jason Burns.

Malgré un tel contexte, il ne croit pas qu’à court ou moyen terme, la capacité de la Fondation Pat Burns à aider les athlètes amateurs, les entraîneurs et les organismes de la région soient touchée.

Association avec les Olympiques

La Fondation et les Olympiques de Gatineau ont décidé de s'associer pour présenter le tournoi en septembre. Le club de hockey junior, qui a lancé la carrière d’entraîneur de Pat Burns, a même été nommé « président d’honneur » de l’événement.

Le partenariat est naturel. Quand on parle des Olympiques, on parle de Pat Burns, a indiqué le directeur général et entraîneur-chef des Olympiques, Louis Robitaille, qui entamera sous peu sa première saison avec l’équipe.

On voulait s’impliquer, surtout depuis les changements du mois de décembre [le départ d’Alain Sear et de Martin Lacasse, NDLR]. La priorité numéro un, c’est d’être présent dans la population et c’est la bonne manière avec le souvenir de Pat Burns, a souligné avec un large sourire le président des Olympiques, Norm MacMillan.

La formation a aussi joué un grand rôle dans la vie de Jason Burns qui a traîné régulièrement dans les couloirs du Centre Robert-Guertin pendant que son père était aux commandes de l’équipe.

Ma passion pour le hockey, c’est un peu à cause des Olympiques que je l’ai, a-t-il d’ailleurs lancé à la conférence de presse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !