•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campus Saint-Jean : l’Assemblée communautaire fransaskoise pourrait aider

Une affiche identifiant le Campus Saint-Jean.

L’Assemblée communautaire fransaskoise est préoccupée par ce qui se passe dans le dossier du Campus Saint-Jean en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Jessica L'heureux

Radio-Canada

Bien que l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) n'a pas encore reçu de demande de la part de l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) afin de participer à l'action en justice concernant le Campus Saint-Jean, elle indique qu'elle y réfléchira si une telle requête devait lui être soumise.

Le Campus Saint-Jean, l’un des seuls établissements postsecondaires francophones à l’ouest du Manitoba, a été durement touché par les compressions budgétaires en éducation.

En réponse, l’ACFA, qui est l’organisme porte-parole de la francophonie albertaine, a annoncé lundi qu’elle poursuivait en justice le gouvernement albertain ainsi que l’Université de l’Alberta, qui gère le Campus Saint-Jean.

Dans une déclaration transmise à Radio-Canada, l’Assemblée communautaire fransaskoise affirme ne pas avoir été contactée par les parties prenantes dans cette affaire mais que lorsqu’une telle demande sera faite, l’Assemblée des députés communautaires sera appelée à en considérer les détails et définir l’ampleur de son appui.

L’ACF reste aux aguets et préoccupée par ce qui se passe présentement, fait-elle savoir dans le communiqué.

Lettre au gouvernement albertain

En mai, l’ACF s’est rangée derrière l’ACFA qui lançait alors une campagne pour faire pression sur les gouvernements afin de remédier aux précarités financières du Campus Saint-Jean.

L’ACF avait alors signifié son intention d’envoyer une lettre au premier ministre albertain, Jason Kenney, pour mettre en lumière ses préoccupations dans le dossier. La lettre a été envoyée le 10 juillet.

Dans cette lettre, dont Radio-Canada a obtenu copie, le président de l’ACF Denis Simard demande au gouvernement albertain de travailler étroitement avec la communauté franco-albertaine et le Campus Saint-Jean afin de trouver une solution qui puisse assurer la pérennité de l’établissement.

Denis Simard souligne le caractère unique du Campus Saint-Jean et la place importante qu’il occupe dans le réseau institutionnel de la francophonie de l’Ouest canadien.

Résponse de l'Alberta

Le 31 juillet, le ministre de l’Enseignement supérieur de l’Alberta s’est à son tour adressé à l’ACF dans une lettre.

Dans celle-ci, il indiquait que son gouvernement s'était engagé envers la communauté francophone, citant la nomination de Laila Goodridge, une ancienne élève du Campus Saint-Jean, au poste de secrétaire parlementaire à la francophonie.

La lettre mentionnait également que, tous les établissements d’enseignement postsecondaire, y compris l’Université de l’Alberta, ont vu leur financement ajuster.

Le conseil des gouverneurs de l’Université de l’Alberta est responsable de la gestion de l’établissement. [...]. Le ministère ne dicte jamais à un établissement la manière dont il doit allouer les fonds obtenus, spécifiait alors le ministre.

L’Université de l’Alberta dispose donc de la souplesse nécessaire afin de répondre aux préoccupations financières soulevées par le Campus Saint-Jean. Je reste déterminé à travailler avec les principaux intervenants pour trouver une solution à long terme, mais cela prendra du temps, admet-il finalement.

Avec les informations de Zoé Clin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !