•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

20 % de la population canadienne en fait peu pour contrer la COVID-19, selon un sondage

Un couple marche dans une rue piétonne. Tous les deux portent un masque qui leur couvre le nez et la bouche.

Le nouveau sondage de l’Institut Angus Reid classe les Canadiens en trois catégories, selon leurs comportements et leur état d’esprit.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Six mois après le début de la pandémie au Canada, un citoyen sur cinq fait peu d’efforts pour éviter la propagation du virus, selon un sondage en ligne mené par l’institut Angus Reid.

Ces chiffres sont publiés alors que les autorités sanitaires au pays répètent la nécessité de respecter les mesures de sécurité, notamment le lavage des mains, la distanciation physique et le port du masque, pour briser la chaîne de transmission de la maladie.

Le nouveau sondage de l’Institut Angus Reid classe les Canadiens en trois catégories, selon leurs comportements et leur état d’esprit.

La première catégorie, nommée les combattants de l’infection, est constituée de personnes qui suivent les recommandations des autorités sanitaires. Elles représentent près de la moitié de la population, soit 47 %. Dans ce groupe, 9 personnes sur 10 portent un masque lorsqu’elles sont en contact avec des gens qui ne font pas partie des proches avec lesquels elles vivent.

La seconde catégorie, appelée les incohérents, représente plus du tiers des personnes vivant au Canada, soit 36 %. Ce sont celles qui ont un comportement plutôt ambivalent. Elles adoptent certaines mesures de lutte contre la pandémie telles que l’éloignement physique, le port du masque et le lavage des mains, mais ignorent d’autres recommandations comme la limitation des interactions.

Ce groupe a tendance à augmenter ses interactions sociales, selon le sondage. Cependant, 63 % des personnes portent un masque lorsqu’elles sont en contact avec des gens qui n'appartiennent pas à la famille avec laquelle ils vivent.

Enfin, les sceptiques sont les personnes ignorant les recommandations des autorités sanitaires. Elles ont tendance à élargir leurs interactions sociales et représentent près de 18 % de la population. Dans ce groupe, seulement 15 % des personnes portent un masque lorsqu’elles sont en contact avec des gens ne faisant pas partie des personnes avec lesquelles elles vivent.

Le sondage souligne également que les personnes appartenant à la troisième catégorie déclarent ne pas aimer la manière dont les autorités gèrent la crise.

Méthodologie

L’enquête a été réalisée en ligne du 5 au 8 août auprès d’un échantillon aléatoire représentatif de 1511 Canadiens âgés de 18 ans et plus, membres du panel en ligne Angus Reid Forum.

Il est impossible de calculer une marge d’erreur sur un échantillon comme celui-ci. Le sondage a été fait uniquement à des fins de comparaison.

L’est plus vigilant que l’ouest

Le sondage note que les Ontariens sont ceux qui disent respecter le mieux les consignes de la santé publique. Plus de la moitié des habitants de cette province font partie du groupe des plus vigilants, les combattants de l’infection.

Ils sont suivis par le Québec, dont 48 % de sa population font partie de cette catégorie de personnes vigilantes. Ces deux provinces sont les plus touchées par la pandémie au Canada.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

L’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba sont par ailleurs les provinces qui comptent le plus de sceptiques, soit respectivement, 28 %, 30 % et 28 %.

Facteur d’influence

L’Institut Angus Reid souligne que l’âge et l’appartenance politique semblent être les facteurs les plus importants en corrélation avec la probabilité de suivre ou non des mesures prescrites pour limiter les risques de propagation du virus.

Les données du sondage révèlent que les jeunes sont moins susceptibles de suivre les protocoles recommandés.

De plus, les anciens électeurs du Parti conservateur sont quatre fois plus susceptibles d’être des sceptiques que ceux qui ont voté pour le Parti libéral ou le nouveau Parti démocratique en 2019, selon le sondage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !