•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway : la CAQ attend le rapport du BAPE avant de se prononcer

Geneviève Guilbault s'adresse aux médias lors d'un point de presse.

Geneviève Guilbault est Vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique pour le gouvernement du Québec.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Pas question pour le gouvernement Legault d’appuyer la nouvelle mouture du projet structurant de la Ville de Québec lors de la rentrée parlementaire, le mois prochain. La Coalition avenir Québec (CAQ) attendra plutôt le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), prévu en novembre, avant de se prononcer.

Il faut prendre le temps d’analyser les choses correctement, tranche la vice-première ministre Geneviève Guilbault.

Questionnée par les députés de l’Assemblée nationale dans le cadre de l'étude des crédits budgétaires, Geneviève Guilbault maintient que son gouvernement appuie la nécessité de doter la Capitale-Nationale d’un transport collectif structurant 

L’administration Labeaume doit cependant respecter le budget prévu pour le chantier, souligne Mme Guilbault.

3,3 milliards, dont 1,8 milliard d’argent public de contribuables québécois, c’est une somme énorme, a rappelé la députée de Louis-Hébert. Il faut bien administrer les fonds publics.

La semaine dernière, le directeur du bureau du projet, Daniel Genest, indiquait espérer obtenir l'autorisation du gouvernement le plus tôt possible, afin de pouvoir lancer l'appel de propositions en septembre.

Le désir de la CAQ d'attendre le rapport du BAPE avant d'aller de l'avant retarde l'échéancier de la Ville d'au moins deux mois.

Il semble de plus en plus improbable que l'administration Labeaume puisse signer le contrat du tramway avec un éventuel consortium avant les élections municipales de novembre 2021.

De son côté, le chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin, se réjouit de cette annonce. Québec 21 croit que le gouvernement agit de façon responsable.

Faut que les citoyens puissent se prononcer et lorsque je vois le gouvernement du Québec agir de façon responsable en disant qu'ils vont respecter les étapes, je ne peux que me réjouir autant pour les citoyens que pour la démocratie, a-t-il affirmé.

Le gouvernement en contradiction?

Québec solidaire estime que le gouvernement Legault réduit la portée du projet de tramway en fermant la porte à toute augmentation de son budget.

La CAQ insiste pour que le réseau structurant profite aux banlieues, mais selon le député de Jean-Lesage, Sol Zanetti, le gouvernement force la Ville de Québec à éliminer le parcours des trambus pour des raisons budgétaires.

Or, les trambus devaient permettre de relier efficacement le pôle d’échanges D’Estimauville et le secteur Sainte-Foy via le boulevard Charest.

C’est évident que c’est parce qu’il (le gouvernement) n’accepte pas de mettre 700 millions de plus, que la Ville de Québec coupe le trambus. C’est évident!, a pesté M. Zanetti.

Barrette redoute l’impact du 3e lien

Le porte-parole libéral en matière d’Infrastructures, Gaétan Barrette, a accusé la CAQ de compliquer le travail du bureau de projet du réseau structurant en improvisant dans le dossier du 3e lien.

Ça change tout le temps, a déploré le député de La Pinière.

Selon lui, après avoir privilégié un tracé dans l’est, le gouvernement pourrait entraîner des coûts substantiels pour le tramway en imposant une connexion avec un tunnel sous-fluvial qui déboucherait dans le secteur Saint-Roch.

Talonnée à savoir si le gouvernement pourrait bonifier le financement du tramway dans un tel contexte, Geneviève Guilbault n’a pas fermé la porte.

Si le député me demande si dans l’avenir quoi que ce soit pourrait changer dans la vie, je ne suis pas capable de répondre à cette question.

Geneviève Guilbaut assure que les détails sur le tracé final et le budget du 3e lien seront dévoilés  en temps et lieu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !