•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Saint-Paul-de-la-Croix quitte ses fonctions

Simon Périard sourit à la caméra devant la salle municipale de Saint-Paul-de-la-Croix.

Le maire démissionnaire de Saint-Paul-de-la-Croix, Simon Périard (archives).

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Radio-Canada

Le maire de Saint-Paul-de-la-Croix, Simon Périard, a avisé la directrice générale de la municipalité de Saint-Paul-de-la-Croix de sa démission à titre de maire. Il justifie sa décision par l’importance de protéger sa santé.

Simon Périard a indiqué que son départ est effectif dès maintenant.

Les trois dernières années ont été mouvementées à Saint-Paul-de-la-Croix : Simon Périard s’est souvent retrouvé en conflit avec les membres de son conseil. Il a également été pris à partie par d’autres élus de la MRC de Rivière-du-Loup.

Par ailleurs, le conseil municipal de Saint-Paul-de-la-Croix a été fortement chamboulé par la démission en bloc des conseillers en juin et juillet 2019.

Le maire de Saint-Paul-de-la-Croix, Simon Périard et des conseillers municipaux votent sur une résolution.

Le maire de Saint-Paul-de-la-Croix, Simon Périard et des conseillers municipaux (archives).

Photo : Radio-Canada / Édith Drouin

Une santé fragilisée

Malgré les conflits politiques, M. Périard affirme que ce sont plutôt des raisons médicales qui l’ont incité à quitter le poste de maire.

En janvier dernier, il a été victime d’un infarctus. De récents examens médicaux ont confirmé qu’il ne s’était pas encore pleinement remis de ce problème de santé. Jamais je n’aurais cru que mes capacités physiques seraient autant limitées qu’elles le sont aujourd’hui, explique-t-il.

J’aurais pu retarder mon départ, mais chaque jour qu’on retarde, on met notre santé en péril.

Simon Périard, ancien maire de Saint-Paul-de-la-Croix

Avant tout, un citoyen engagé

Même s’il démissionne de son poste, Simon Périard entend continuer à suivre différents dossiers municipaux. Depuis les trois dernières années, il a souvent critiqué les décisions prises par la SÉMER qui gère l’usine de biométhanisation de Rivière-du-Loup.

À 44 ans, M. Périard ne ferme pas la porte à la politique et pourrait se retenter sa chance dans quelques années si l’occasion se présente.

C’est quelque chose et un milieu que j’aime. Oui, c’est un don de soi, concède-t-il, mais c’est un travail qui est valorisant, affirme le maire démissionnaire. Toutefois, d’ici là, Simon Périard souhaite prendre davantage du temps pour lui, sa famille et son entreprise agricole.

Avec les informations de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !