•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vague d’incendies : le plus récent tue 80 bêtes dans une ferme de Portneuf

La ferme Drolet et fils a été ravagé par un violent incendie.

La ferme Drolet et fils a été ravagé par un violent incendie.

Photo : Facebook/Steve Beaulieu

Les pompiers de la grande région de Québec ont eu un début de semaine extrêmement occupé, alors qu'ils ont combattu lundi quatre incendies d’envergure en moins de 24 heures.

Le plus récent a détruit des bâtiments de la Ferme Drolet et fils, dans le rang Sainte-Croix, au nord de Saint-Raymond, dans Portneuf, tard lundi soir. Au moins 80 bêtes ont péri dans les flammes, selon la Sûreté du Québec, qui exclut la thèse criminelle pour expliquer ce brasier visible dans un rayon de plusieurs kilomètres.

La majorité des animaux ont néanmoins été sauvés malgré l'ampleur du sinistre, selon les propriétaires de la ferme qui jouit d'une excellente réputation dans le secteur.

Une cinquantaine de pompiers de Saint-Raymond, Saint-Basile, Pont-Rouge et Sainte-Catherine ont travaillé ensemble pour éteindre les flammes d’une rare intensité.

Le député caquiste de Portneuf, Vincent Caron, s'est rendu sur les lieux mardi matin pour constater l'ampleur des dégâts et offrir son soutien aux propriétaires de l'entreprise familiale.

Un spectacle de désolation règne ce matin sur l’exploitation qui figure parmi les fleurons de Portneuf, notamment pour l’élevage de vaches de race Holstein, souligne le député dans une publication Facebook.

Les flammes étaient visibles du centre-ville de Saint-Raymond.

Les flammes étaient visibles du centre-ville de Saint-Raymond.

Photo : Facebook/Sylvain Béland

Incendie majeur dans Saint-Roch…

Plus tôt, en fin de journée, un incendie important a également ravagé un bâtiment industriel vacant de la rue Lalemant, entre les rues Dorchester et de la Couronne, à Québec.

Les services d’urgence ont dû interdire l’entrée dans le quartier Saint-Roch par le nord, via l’autoroute Laurentienne, en pleine heure de pointe.

Plus de 65 soldats du feu ont combattu l’incendie finalement maîtrisé plus de deux heures plus tard. Un des pompiers a d’ailleurs été traité pour un coup de chaleur.

La bâtisse a subi de lourds dommages. Une partie de sa toiture s'est notamment effondrée.

Les enquêteurs du Commissariat aux incendies tentent toujours d'éclaircir les causes du sinistre.

Une bâtisse industrielle endommagée par les flammes. On voit le jet du boyau des pompiers.

Une partie du mur de la bâtisse s'est effondrée durant l'intervention des pompiers

Photo : Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec

…et un autre dans Saint-Sauveur

Un peu après midi, un autre incendie d’envergure a fait rage dans un immeuble de logements de la rue Saint-Bonaventure, dans le quartier Saint-Sauveur.

Le brasier a nécessité le déclenchement d'une cinquième alarme et l'intervention de 80 sapeurs, qui ont lutté contre les flammes pendant plusieurs heures.

Incendie ayant nécessité une cinquième alarme sur la rue Saint-Bonaventure.

Un incendie fait rage dans Saint-Sauveur

Photo : Radio-Canada / Érik Chouinard

L’intervention rapide et méthodique des pompiers a permis d’empêcher la propagation de l’incendie aux bâtiments voisins.

Personne n’a été blessé et les dégâts au bâtiment sont surtout dus à l'eau utilisée pour venir à bout du brasier.

L'électricité a été coupée pendant quelques heures dans un vaste périmètre du secteur.

L’enquête du Commissariat aux incendies a permis de déterminer que l’origine du feu est accidentelle et liée à des travaux sur place.

Des pompiers sur un toit.

Des travaux dans la toiture sont à l'origine de l'incendie.

Photo : Radio-Canada / Erik Chouinard

Quand la voiture brûle

Tôt lundi matin, un autre incendie qui a pris naissance dans un véhicule stationné s’est rapidement propagé à une résidence du carré des Charmes, dans l’arrondissement de Charlesbourg.

Le brasier a été maîtrisé en une quarantaine de minutes grâce au travail concerté d’une trentaine de pompiers.

Des témoins ont mentionné avoir entendu des bruits d’explosion.

Des indices retrouvés sur les lieux laissent d'ailleurs présager qu'un geste criminel serait à l'origine du sinistre.

Avec la collaboration de Maxime Denis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !