•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’algorithme de Facebook suggère du contenu niant l’Holocauste, selon un rapport

Un œil, vu de proche, avec la réflexion du logo de Facebook.

Depuis plusieurs mois, Facebook est vivement critiqué pour son manque d'encadrement des discours haineux

Photo : afp via getty images / CHRISTOPHE SIMON

Radio-Canada

Les internautes qui visionnent du contenu niant l’Holocauste sur Facebook se font diriger par les algorithmes du réseau social vers d’autres contenus de la sorte, rapporte le Business Insider, citant le nouveau rapport d’un groupe de réflexion britannique.

Nous avons découvert que lorsque quelqu'un s’abonne à des pages publiques présentant du contenu négationniste à propos de l’Holocauste, Facebook promeut activement d’autres contenus du même genre auprès de l'internaute en question, explique-t-on dans un rapport dévoilé le 10 août dernier par l’Institute for Strategic Dialogue, un groupe de réflexion britannique.

Pour les fins de leur analyse, Jakob Guhl et Jacob Davey, les deux chercheurs ayant signé le rapport, ont ciblé 36 pages ou groupes Facebook consacrés spécifiquement à la négation de l’Holocauste ou hébergeant du contenu qui en fait la promotion.

En utilisant la méthode boule de neige, c’est-à-dire en analysant ce que suggérait Facebook en se basant sur leurs activités antérieures, les chercheurs en sont venus à la conclusion que le réseau social n’hésitait pas à faire des suggestions supplémentaires de contenu niant l’Holocauste.

Le rapport souligne que ce type de contenus n’est pas propre à Facebook et se retrouve également sur Reddit, Twitter et YouTube, mais Facebook serait le seul réseau à suggérer des contenus associés additionnels.

La pertinence des conditions d’utilisation d’un service

Autre conclusion du rapport : la modification des conditions générales d’utilisation d’un service a un impact sur la propagation des contenus négationnistes.

En utilisant le mot-clé holohoax, qui associe l’Holocauste à un canular, les chercheurs ont découvert que la propagation de tels contenus sur YouTube a ralenti de façon significative après que le réseau a changé ses règles d’utilisation en 2019.

Sur Reddit, le nombre de publications mentionnant le terme holohoax n’a pas diminué dans les deux dernières années, mais la visibilité des publications négationnistes s’est vue limitée par certains facteurs, comme la modération de contenu, le bannissement de forums niant l’Holocauste et les efforts de dénonciation des internautes.

Le malaise de Facebook avec la modération de contenu

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, qui est d’origine juive, a abordé par le passé son propre conflit intérieur lorsque vient le temps de modérer des sujets comme la négation de l’Holocauste.

Je suis juif, et certaines personnes nient que l’Holocauste a eu lieu. Je trouve cela profondément offensant, affirmait-il en juillet 2018 à Recode, la section technologique du site Vox. Mais à la fin de la journée, je ne crois pas que notre plateforme devrait retirer ces contenus.

Le 3 août dernier, Facebook et sa filiale Instagram ont banni l’humoriste et polémiste français Dieudonné de leurs plateformes, pour son contenu se moquant des victimes de la Shoah et pour avoir utilisé des termes déshumanisants à l'encontre des Juifs .

Toutefois, le réseau a été vivement critiqué dans les derniers mois pour son manque d’encadrement des discours haineux tenus sur ses pages. En juin et en juillet dernier, plus de 400 entreprises ont suspendu leur achat de publicités sur le réseau social, dans le contexte du mouvement contre le racisme systémique aux États-Unis, suivant la mort de l’Afro-Américain George Floyd aux mains d’un policier blanc.

Trouver l’équilibre entre la protection des internautes et la liberté d’expression est une tâche difficile, et nous savons que plusieurs personnes sont en fort désaccord avec notre position, a déclaré un porte-parole de Facebook dans une déclaration transmise au Business Insider.

Nous évaluons et développons constamment nos politiques en consultant différentes organisations dans le monde pour nous assurer de faire la bonne chose.

Avec les informations de Business Insider

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !