•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'alerte Amber à l'Île-du-Prince-Édouard était un malentendu

Une alerte d'urgence sur un iphone placé devant le mur de l'édifice de la police municipale de Sumerville.

Une alerte d'urgence a été envoyée lundi midi concernant le possible enlèvement d'une jeune fille à Summerside.

Photo : Radio-Canada / John Robertson

Radio-Canada

La police municipale de Summerside, à l’Île-du-Prince-Édouard, a confirmé lundi soir qu'une blague mal interprétée était à l'origine du déclenchement d'une alerte Amber quelques heures plus tôt.

Les autorités avaient lancé une alerte dans la région peu après midi, croyant qu'une jeune fille avait peut-être été enlevée par un homme conduisant une voiture noire.

Le service policier avait expliqué avoir reçu un appel d’un témoin à 11 h 58 qui signalait qu’une jeune fille criait à l’aide dans une voiture, disant qu’elle avait été enlevée.

En début de soirée, la police a diffusé des photos du véhicule recherché.

Voyant cet avis sur les médias sociaux, la présumée victime, qui était décrite comme une jeune fille d'environ 12 ans, a contacté la police.

Elle a alors expliqué aux autorités ce qu'elle croyait être un malentendu. La jeune fille a bel et bien hurlé, de la fenêtre d'un véhicule, qu'elle se faisait kidnapper, mais il s'agissait d'une blague destinée à des amis qui occupaient une autre voiture.

Après vérification, la police a confirmé l'histoire de la jeune fille. Cette personne n'avait aucunement l'intention d'alerter le public, a expliqué le sergent Jason Blacquiere, du Service de police de Summerside.

La police de Summerside a pris soin de remercier la vigilance des citoyens qui l'ont alertée parce qu'ils croyaient être témoins d'un enlèvement.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.