•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de bois d'oeuvre en Outaouais

Des piles de bois d'oeuvre.

Il est de plus en plus difficile de trouver des matériaux de construction dans la région.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Radio-Canada

Tant les particuliers que les entrepreneurs remarquent les effets de la COVID-19 sur l'approvisionnement en bois en Outaouais. Le bois d'oeuvre est carrément en état de pénurie.

Le gérant de Pilon Limité, une entreprise spécialisée dans la vente de matériaux à Gatineau, explique qu'il ne reçoit pas le volume habituel de produits.

Normalement, à ce temps-ci de l'année, je reçois entre 13 et 15 transports par semaine, explique Gabriel Crête-Lavoie. En ce moment, nous sommes limités à trois.

C'est assez radical et, malheureusement, ça ne semble pas aller en s'améliorant.

Une citation de :Gabriel Crête-Lavoie, gérant de Pilon Limité

C'est la première fois que les étalages de bois pour la construction résidentielle sont aussi vides, ajoute-t-il. Environ deux heures après avoir reçu une livraison, tout est déjà vendu.

Un homme portant une chemise et une cravate pose debout dans une cour à bois.

Gabriel Crête-Lavoie est gérant de Pilon Limité, à Gatineau

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Cette situation cause bien des maux de tête aux entrepreneurs en construction qui ont des projets en chantier.

Malgré tout, cela n'a pas empêché une hausse des mises en chantier au pays de 15 % en juillet, selon la Société canadienne d'hypothèque et de logement.

Une explosion des coûts

On remarque également une explosion des coûts sur le marché. L'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ) en Outaouais dit observer une augmentation des prix de 150 % pour le contre-plaqué, notamment.

Le directeur général de l'APCHQ Outaouais et Nord Ouest, Nicolas Brisson, fait un lien avec la pandémie.

Les moulins à scie ont réduit presque de moitié leur capacité de production en raison des règles de distanciation physique, estime-t-il. Mais la raison la plus importante, c’est la surexportation du bois d’oeuvre aux États-Unis.

En effet, nos voisins du sud ont enregistré leur plus grande hausse de vente de maisons neuves depuis la grande dépression, soit une croissance de 14 %, selon M. Brisson.

L'APCHQ évalue ses options et pourrait demander une intervention du gouvernement fédéral pour une rétention sur les exportations du bois canadien vers les États-Unis, afin de réduire les effets de la pénurie.

Avec les informations de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !