•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un livre sur le français acadien de la Nouvelle-Écosse

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Gros plan sur la couverture du livre, que Jean Louis Belliveau tient pour la caméra.

« Tu Pùra Ét De Klar Si Ke... » (« Tu pourrais être de Clare si... »), le livre que font paraître Jean Louis Belliveau et Jean Le Blanc.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

Radio-Canada

Un auteur formé en linguistique vient de publier un petit lexique sur le français acadien de sa région natale, Clare, en Nouvelle-Écosse.

Jean Louis Belliveau a étudié la linguistique et la phonétique à la Sorbonne, à Paris, pour ensuite revenir à Clare et participer à la sauvegarde du français acadien local.

L’ouvrage qu’il a publié au début août avec son coauteur, Jean Le Blanc, propose un alphabet acadien universel, qu'il a lui-même créé.

Un homme en chandail rouge assis sur un banc à l'extérieur devant du feuillage. Il regarde au loin dans le néant et a des yeux gris-bleus perçants.

L'auteur et linguiste Jean Louis Belliveau en août 2020

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

Cet alphabet est constitué d’une quarantaine de lettres, soit tous les phonèmes– ou les sons – que l’on retrouve dans la langue orale de Clare.

Il a également inventé une orthographe, facile à lire, puisque les mots ne contiennent aucune lettre muette.

Chaque mot commence par une majuscule, une règle inspirée de son héritage micmac, selon laquelle chaque objet a une âme.

En même temps, c’est un petit manuel d'anthropologie culturelle de la région, explique-t-il.

Une page du livre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cet alphabet est constitué d’une quarantaine de lettres, soit tous les phonèmes – ou les sons – que l’on retrouve dans la langue orale de Clare, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada

Le livre intitulé Tu Pùra Ét De Klar Si Ke... (Tu pourrais être de Clare si...) recense aussi avec humour quelques clichés souvent attribués à la région.

On y trouve des mèmes, c'est-à-dire des éléments de culture populaire reconnaissables, reproduits et retransmis.

Nous autres, pour sauver la langue acadienne, on pense qu'il faut insérer les capsules culturelles dans l'encyclopédie, la vie de tous les jours.

Jean Louis Belliveau, auteur et linguiste

De nouveaux mots et expressions s'étant ajoutés plus récemment au répertoire de la région en font aussi partie.

Une page du livre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

On y trouve des mèmes, c'est-à-dire des éléments de culture populaire reconnaissables, reproduits et retransmis.

Photo : Radio-Canada

Le but de ce livre : aider les visiteurs à mieux comprendre le français de sa région, à faciliter les conversations et encourager ce qu’il appelle le tourisme linguistique.

Comme tout bon manuel de langue, le livre comporte des exercices pour tester la compréhension.

Une ressource qui s'offre à ceux et celles qui se préparent à venir au Congrès mondial acadien (CMA) de 2024, qui aura lieu dans la région de Clare et Argyle.

Pour Jean Louis Belliveau, une « académie acadienne » se manifeste chaque fois qu'au moins deux personnes se rassemblent avec la mission de sauver la langue acadienne.

D'après le reportage de Stéphanie Blanchet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !