•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Wisconsin, État clé pour la réélection de Donald Trump

Le président s’arrêtera lundi dans cet État du Midwest qu’il a remporté en 2016 et où les démocrates avaient choisi de tenir leur convention.

Un signe d'appui à Donald Trump sur une route du Wisconsin

Donald Trump a remporté le Wisconsin par un peu plus de 22 000 voix en 2016.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

« Je pense que c’est parce que nous voulions quelqu’un qui n’était pas un politicien », raconte Paula, rencontrée au centre de la petite ville d’Oshkosh. Cette femme, qui avait pourtant voté pour Barack Obama en 2008, a appuyé avec enthousiasme Donald Trump en 2016.

Le comté où elle vit, celui de Winnebago, fait partie des nombreux territoires de l’État où, après des victoires démocrates en 2008 et 2012, le vent a tourné en faveur des républicains il y a quatre ans.

Résultat : Donald Trump a remporté le Wisconsin avec une mince avance d’un peu plus de 22 000 voix.

Dans le camp démocrate, beaucoup ne cachent pas leur surprise, même quatre ans plus tard.

Cameron, rencontrée au marché d’Oshkosh, montre du doigt la candidate de l’époque, Hillary Clinton. Lors de la dernière campagne, elle n’avait pas cru bon fouler le sol du Wisconsin, État remporté sans arrêt par les démocrates depuis 1988.

J’espère que Biden apprendra des erreurs d'Hillary.

Une citation de :Cameron, une électrice démocrate
Cameron et son conjoint

Cameron et son conjoint voteront pour Joe Biden en novembre.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Même si elle reconnaît que Joe Biden n’est pas son candidat idéal, l’électrice souhaite un président qui reconnaît ce qui se passe, en référence à la pandémie de COVID-19 et au mouvement pour la justice raciale.

C’est d’ailleurs sur la réponse de la Maison-Blanche à ces crises que mise la campagne de Biden, sur le terrain, au Wisconsin.

Derrière un kiosque au cœur du marché d’Oshkosh, où des pancartes de la campagne de Biden sont distribuées, le bénévole Patrick Karrigan affirme qu’après trois ans et demi d’administration Trump, les Américains en ont vu assez.

Il assure que certains électeurs qui ont donné sa chance au candidat républicain il y a quatre ans ont des remords et changeront d'allégeance en novembre.

Un kiosque de la campagne de Biden au marché d'Oshkosh, au Wisconsin.

Les démocrates espèrent que Joe Biden ne répétera pas les erreurs de la campagne de Clinton au Wisconsin.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Un État entre le rouge et le bleu

Chose certaine, la carte politique du Wisconsin a changé au cours des dernières années.

En 2018, un démocrate, Tony Evers, est devenu gouverneur, mettant fin à huit ans de règne du républicain Scott Walker.

Puis, en avril, une juge libérale a défait un juge conservateur pour un siège à la Cour suprême de l’État.

Dans les deux cas, l’appui au Parti républicain a notamment diminué dans les banlieues, note Charles Franklin, directeur du Marquette Law School Poll. Ils savent très bien qu’ils ont un problème là-bas, souligne-t-il.

Or, selon l’expert, le Wisconsin – qui n’a pourtant que 10 voix sur les 538 qui composent le collège électoral américain – sera difficile à éviter si Donald Trump veut remporter un second mandat à la Maison-Blanche.

Trump a le fardeau de se défendre dans les États qu’il a remportés la dernière fois.

Une citation de :Charles Franklin, directeur du Marquette Law School Poll

Bien que Trump soit en retard dans les sondages, M. Franklin estime que le président sortant dispose néanmoins d’un atout de taille cette année. En 2020, Donald Trump est en bien meilleure position à l’endroit de la base républicaine qu’il ne l’était pendant toute la campagne de 2016, note-t-il.

Des partisans toujours convaincus

Dans le comté de Fond du Lac, où est né le Parti républicain au 19e siècle, l’appui au président est évident.

J’aime son sens des affaires et le fait qu’il n’a jamais été élu auparavant, lance par exemple Marty, rencontré en marge du festival de camions de Waupun, où des drapeaux à l’effigie du président étaient bien visibles sur certains poids lourds.

Après quatre ans au pouvoir, Donald Trump n’est plus un néophyte en politique, mais Marty est justement convaincu que l’expérience acquise lui permettra de prendre de meilleures décisions.

Un camion avec des drapeaux des États-Unis et de la campagne de Trump, à Waupun, au Wisconsin.

Donald Trump est toujours très populaire auprès de sa base au Wisconsin.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Comme d’autres partisans du président rencontrés à Waupun, il ne pense pas que l’actuelle crise sanitaire et économique que traversent les États-Unis soit un obstacle à la réélection de Donald Trump.

Au Wisconsin, par exemple, le taux de chômage est passé de 3 % à 8,5 %, en quelques mois seulement.

Le président du Parti républicain du comté de Fond du Lac, Rohn Bishop, estime que l’économie demeure malgré tout un atout de la campagne Trump et que ses partisans attribuent les difficultés actuelles à la COVID-19 et non à la gestion de la crise de Donald Trump.

Pour maximiser la force de sa base, il estime que le président pourrait modifier certains aspects de son discours, notamment ses efforts pour décourager le vote par correspondance.

J’ai peur que certaines personnes plus âgées ne votent pas parce qu’elles ont peur de se déplacer en pleine pandémie ou pendant une tempête de neige, ou bien parce qu’elles ont peur que quelque chose se produise avec leur vote par correspondance.

Une citation de :Rohn Bishop, président du Parti républicain de Fond du Lac

Convaincu que de nombreux démocrates ne resteront pas à la maison comme ils l’ont fait en 2016, Rohn Bishop juge donc que la clé sera la participation dans un scrutin qu’il anticipe encore une fois serré au Wisconsin.

Donald Trump réussira-t-il à conserver l’État-clé du Wisconsin?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !